Your song 5# : Brass in Pocket, The Pretenders

Au début des années 80, une espèce de bombe sexuelle explose sur la planète rock. Dans le clip, l’un des premiers à avoir été diffusés sur la toute nouvelle chaîne MTV, elle est habillée en serveuse et s’ennuie ferme dans un snack d’une banlieue anglaise toute pourrie. Arrive alors une Cadillac rose du meilleur goût avec à son bord 3 rockers. Elle leur fait du gringue, en pensant que c’est la chance de sa vie de s’extirper de ce trou. Trois filles déboulent à leur tour. Manque de bol, ce sont les rencards des rockers. C’est râpé pour la serveuse. Cette serveuse, c’était Chrissie Hynde, les rockers, c’étaient les Pretenders et la chanson, Brass In Pocket.

Mais d’abord, Brass In Pocket, qu’est-ce que ça veut dire ?

Brass, le cuivre, c’est aussi de l’argot pour de l’argent, du fric. Brass in Pocket, ça veut dire Du fric en poche, comme le soulignent les premières images du clip où on la voit ramasser de la monnaie sur une table.

A priori, le clip est une simple illustration au premier degré des paroles: une jeune fille qui tente d’attirer l’attention des hommes. Elle affirme son pouvoir sexuel avec tous les moyens du bord. Elle a – un tout petit peu – d’argent (brass), du culot (bottle, le courage liquide), elle est sexy : ses bras, ses jambes, son style, sa manière de bouger, ses doigts, son imagination). Ce qui ne gâche rien, elle est différente, spéciale, « Special ».

En analysant les paroles de plus près, on est frappé par l’hypersexualité du langage. Les bras, les jambes, le style, la manière de bouger, les doigts et l’imagination, c’est déjà pas mal ! Mais il y a mieux : Motion, restrained emotion – une manière sobre de ne pas dévoiler ses sentiments, Detroit leaning (Chrissie Hynde vient de la région de Detroit. Le Detroit leaning, c’est conduire le coude dehors en tenant le volant. Question : où diable est l’autre main ?), just seems so pleasing, got rythm, Can’t miss a beat, et le définitif Give It to Me que je ne vous ferai pas l’outrage de traduire… Enfin, Chrissie Hynde laisse échapper en toute fin de chanson une dernière proposition qui résonne comme une plainte désespérée. Difficile de bien comprendre ce qu’elle dit mais il semblerait qu’elle prononce Anyway you want, « comme tu veux » ou « c’est toi qui décides… », l’équivalent de Je suis à toi… Voilà, les carottes sont cuites, ce n’est plus une simple chanson, c’est un véritable appel à la luxure !

Quelques exégètes coquins vont plus loin. Pour eux, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un éloge caché de la masturbation. Ils n’hésitent pas à affirmer que le fameux brass qu’elle a dans la pocket n’est rien d’autre qu’un sextoy en métal qu’elle utilise devant un homme pour le mettre à ses genoux !

Eh ben ma pauvre Chrissie, c’est loupé, dans le clip les rockers s’en vont avec les trois filles. Faudra encore un peu travailler le déhanchement !

Bon, dans le clip, ça foire un peu puisque les rockers ne tombent absolument pas sous son charme et s’en vont avec les trois filles. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que c’est ce clip qui a propulsé les Pretenders sur le devant de la scène internationale alors que Chrissie Hynde avait crié dans l’oreille de son producteur qu’il faudrait qu’on lui passe sur le corps pour sortir cette chanson. Elle s’est finalement laissé convaincre et bien lui en a fait. Même si, comme vous le savez probablement, l’histoire des Pretenders est assez dramatique. Le groupe a perdu en moins d’un an son bassiste Pete Farndon et son guitariste James Honeyman Scott. La drogue est un fléau.

Brass in Pocket, The Pretenders
Got brass in pocket
Got Bottle, I’m gonna use it
Intention, I feel inventive
Gonna make you, make you, make you notice

Got motion, restrained emotion
Been driving, Detroit leaning
No reason, just seems so pleasing
Gonna make you, make you, make you notice

(CHORUS)
Gonna use my arms
Gonna use my legs
Gonna use my style
Gonna use my sidestep
Gonna use my fingers
Gonna use my, my, my imagination

‘Cause I’m gonna make you see
There’s nobody else here
No one like me
I’m special, so special
I gotta have some of your attention, give it to me

Got rhythm, I can’t miss a beat
Got new ne skank, it’s so reet
Got something, I’m winking at you
Gonna make you, make you, make you notice

(CHORUS)
Gonna use my arms
Gonna use my legs
Gonna use my style
Gonna use my sidestep
Gonna use my fingers
Gonna use my, my, my imagination

‘Cause I’m gonna make you see
There’s nobody else here
No one like me
I’m special, so special
I gotta have some of your attention
Give it to me

‘Cause I’m gonna make you see
There’s nobody else here
No one like me
I’m special, so special
I gotta have some of your attention
Give it to me !
[youtube -7Hy7uAb_eU]


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Gregg

    30 juillet 2011 à 9 h 06 min

    Bravo, très chouette cette série, cela donne une nouvelle façon d’écouter ces chansons :-)

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>