Good Morning Esperanzah !

05_espe

Depuis 2004, Radio Esperanzah ! prend ses quartiers à l’abbayedeFloreffe le temps d’un week-end. Une véritable singularité dans notre paysage festivalier. Un lieu de débat, de rencontre et de musique engagé et bariolé.

Depuis ce jeudi, 13 heures, vous pouvez l’entendre dans les friteries, boulangeries et autres commerces de Floreffe, sur le 106.2 dans les parages de la petite ville namuroise, sur les ondes de radios partenaires (Radio Panik, 48FM, RUN…) et évidemment partout dans le monde (merci le web). Lancée en 2004 par une bande de tordus issus des radios libres françaises, Radio Esperanzah ! continue chaque année de rythmer le festival des musiques nomades, engagées et plurielles à coups de débats, d’interviews, de reportages et d’extraits de concerts. Réfléchit sur la place des musiques du monde dans les médias ou ce que sont encore aujourd’hui les musiques alternatives.

« Pas mal de festivaliers ont assimilé le truc et débarquent désormais au camping avec leurs petits transistors », raconte Julien Truddaïu, l’un des initiateurs de la radio éphémère. « L’idée, c’est de créer du lien. De rapprocher des gens qui ne sont pas ou peu connectés. De servir de trait d’union entre les festivaliers et les gens du village. De courroie de transmission entre Esperanzah ! et ceux qui viennent y passer le week-end. De pont entre tout ce beau monde et les artistes. »

Derrière, à notre connaissance, la seule radio de festival en Belgique, un concept inspiré par Antoine Chao, le frère de qui vous devinez, se cache l’association Autre(M)ondes. À la base trois allumés (deux journalistes et un informaticien) du son, de musiques et de nouvelles technologies. Aujourd’hui une dizaine de passionnés qui cherchent à partager leurs goûts et leurs interrogations sur le monde actuel.

Les organisateurs d’Esperanzah ! les ont contactés dès leurs premiers pas. Alors qu’Autre(M)ondes célébrait les 50 ans du Monde diplomatique. Depuis, l’association s’est investie en hôpitaux psychiatriques, a développé un projet pilote dans le quartier féminin d’une prison de Valence…

Radio Esperanzah !, qui avec le soutien du collectif Tryphon investit trois salles de classe à l’Abbaye de Floreffe, entretient une certaine filiation avec les légendaires radios pirates comme Caroline.

Un vent de liberté

Elle entend en tout cas faire souffler un vent de liberté sur les ondes. « La liberté a différentes facettes. Nous tentons déjà de parler de choses qu’on n’entend pas dans les médias traditionnels. Avec une radio éphémère, on peut déborder tant qu’on veut. Prendre le temps de discuter et de réfléchir. La liberté de programmer toute la musique du monde qu’on veut là où la RTBF ne lui consacre qu’une heure par jour. »

La liberté aussi de fonctionner sans sponsor, sans tabou. Et de tourner de manière très indépendante d’un point de vue rédactionnel par rapport aux organisateurs. « On a par exemple soulevé le problème du sponsoring d’Esperanzah ! par la Loterie nationale sur laquelle les gens s’interrogeaient. C’est bénéfique quand on travaille avec un festival qui se pose des questions et essaie d’y répondre. Nous cherchons à désacraliser cette idée que pour s’exprimer il faut être particulièrement intelligent, important ou à tout le moins avoir de l’argent. »

Radio Esperanzah ! peut aussi se targuer de gros pics d’écoute après le festival. L’intégralité des programmes est disponible deux heures après sa diffusion. « Nous n’y avions pas pensé tout de suite mais nous remplissons quelque part un devoir de mémoire. Nous avons conservé huit ans d’archives. » Good morning Esperanzah !

www.esperanzah.be

Esperanzah !, du 5 au 7 août, à l’Abbaye de Floreffe.

JULIEN BROQUET

Amsterdam Klezmer Band

Image 1 de 8

PHOTO : ALAIN DEWEZ



commenter par facebook

1 commentaire

  1. Peignier

    11 août 2011 à 9 h 57 min

    Juste un lien direct vers Radio Esperanzah! pour ceux qui veulent écouter et réécouter les meilleurs sons de la radio : http://radio.esperanzah.be/
    Et merci pour ce bel article!

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>