Your song #18.Denis. Blondie

05_blondie

Vous connaissez sans doute Denis Diderot, Dennis la Malice, Dennis Bergkamp, Dennis Hopper  ou la Mère Denis, mais connaissez-vous Denis Quillard ? Non ? Allez, on patiente quelques lignes et je vous dis tout.

En 1963, Randy and the Rainbows, groupe doo-wop où les quatre chanteurs claquent dans les doigts et bougent les pieds en synchro, sortent une petite bluette appelée Denise qui atteint la 10ème place des charts US. Denise est un titre, allez… gentil mais qui ne casse pas des cheminées en marbre. La mélodie est sirupeuse et les paroles, c’est du tonneau de Oh Denise avec tes yeux si bleus choubidou, je t’aime et gnagnagna. En 1977, un combo newyorkais pop rock mais pas vraiment punk dénommé Blondie se réapproprie la chanson : comme c’est une femme qui chante, le titre se masculinise, c’est bien plus rock, et surtout, il y a deux couplets supplémentaires en français. Quelques lignes qui auraient dû disparaître de la version finale, mais Debbie Harry, la chanteuse, a insisté pour les conserver ! Qu’est-ce que cela cache ?

[youtube ahGxiSV_LH0]

Tout d’abord, faut le savoir que c’est du français. On appelle ça du yaourt, ça ressemble à une langue mais ce n’en est pas tout à fait une. Voici donc :

Denis Denis, avec tes yeux si bleux – là on avait compris
Denis Denis, moi j’ai flashé à nous deux – là, c’est du yaourt fruits des bois
Denis Denis, un grand baiser d’éternité – là, c’est carrément tutti frutti
Denis Denis, je suis si folle de toi – on a compris
Denis Denis, oh embrasse-moi ce soir – c’est très clair
Denis Denis, un grand baiser d’éternité – vous reprendrez bien un peu de tutti frutti ?

Voilà donc une des grandes énigmes du rock enfin résolue, le français de Debbie Harry . Mais pourquoi cette incursion osée dans la langue de Voltaire ? Il s’agirait tout simplement d’un petit message personnel adressé par Debbie Harry à celui que l’on considère généralement comme le père du mouvement punk made in France, un certain Denis Quillard – nous y revoilà -, mieux connu sous le nom de Jacno. C’est en tout cas la théorie développée dans la série d’entretiens entre Jacno et Albert Algoud parue en 2006, Itinéraire d’un Dandy Pop. Il y a quelques années,  Debbie Harry a déclaré « On m’a dit que Jacno pensait qu’elle avait été écrite pour lui. Pas totalement exact, mais quand on y croit très fort, tout peut arriver. » Si ce n’est pas totalement exact, c’est que c’est très loin d’être totalement  faux. Et on serait extrêmement tenté d’y croire vu l’admiration réciproque qu’ils se vouent.

Ou plutôt qu’ils se vouaient. Il y a deux ans, Jacno  a été emporté par un cancer de la gorge. Ironie de l’histoire, il devait son surnom à Marcel Jacno, créateur du logo des Gauloises dont il était si friand.
Denis Blondie


Oh Denis doo-be-do
I’m in love with you, Denis doo-be-do
I’m in love with you, Denis doo-be-do
I’m in love with you
Denis Denis, oh with your eyes so blue
Denis Denis, I’ve got a crush on you
Denis Denis, I’m so in love with you

Oh when we walk it always feels so nice
And when we talk it seems like paradise
Denis Denis I’m so in love with you

You’re my king and I’m in heaven every time I look at you
When you smile it’s like a dream
And I’m so lucky ’cause I found a boy like you

Denis Denis, avec tes yeux si bleux
Denis Denis, moi j’ai flashe a nous deux
Denis Denis, un grand baiser d’eternite

Denis Denis, je suis si folle de toi
Denis Denis, oh embrasse-moi ce soir
Denis Denis, un grand baiser d’eternite

Oh Denis doo-be-do
I’m in love with you, Denis doo-be-do
I’m in love with you, Denis doo-be-do
I’m in love with you


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>