Lamb, pas pour les moutons !

Lundi : complet. Mardi : complet. Ce mercredi : « derniers tickets »… Mais qu’est-ce les revenants de Lamb nous ont fait, en ce début de semaine au Bota ? Le duo électro/drum’n’bass n’est pas exactement le plus hype qui soit, certes. Pourtant, il en a drainé, du public ! Et surtout : Andy Barlow et Lou Rhodes n’ont pas roulé leur monde.

Lundi, c’est tout simplement à un excellent concert que j’ai assisté. Sans rire ! Les deux de Manchester n’ont peut-être pas réinventé l’eau chaude, mais quand vous jetez dans l’équation le plaisir visible d’être sur scène, la vibration de bonheur perceptible dans ce public, un son énorme mais impeccable de bout en bout, une touche d’humour, du charisme et quelques moments pleins de frissons, vous commencez à vous les remémorer par dizaines, les prestations quelconques ou juste « normales » vues au cours des derniers mois.

Revenus aux affaires en 2009 après cinq ans de pause, Andy Barlow (machines, percussions) et Louise Rhodes (chant) remontent aussi sur scène – accompagnés de John Thorne (double bass) – avec un nouvel album studio, logiquement intitulé 5 (distr. Bertus). Logique également : c’est celui-ci qui fournit l’essentiel de la setlist du jour. Parmi les compos qu’on en retiendra brille ce « Build a fire », avec Louise à la guitare : une chanson au refrain puissant, qui bouge les cœurs comme un hymne.

De la puissance, il n’en manque pas une seconde dans les lignes de basse profondes balancées par Barlow. Entre dancefloor, jungle (« Little things ») et breaks en cascades, il joue au sorcier des consoles, entremêle les samples, les nappes et les beats, grimace, crie ; intenable, d’autant qu’il fait aussi parfois l’aller-retour vers une batterie minimaliste (une caisse claire, quelques cymbales) sur laquelle il se déchaine également. Spectaculaire, tout comme Thorne communiant avec sa contrebasse. Le contraste avec leur partenaire est d’autant plus saisissant qu’elle bouge peu, tout à son chant : magnifique jusqu’à la dernière syllabe (« Wise enough »), hypnotique (« She walks »), installant peu à peu la tension (« Rounds »), le tout sans que jamais on n’en perde une miette grâce à un mixage, au risque de me répéter, vraiment tout bon.

Du coup, les classiques du duo amènent ce petit frisson supplémentaire, de « Little things » à « Gabriel » en passant par « Gorecki » offert juste avant les rappels. Le temps pour Andy Barlow de nous dire que dans une telle atmosphère, il sait pourquoi il monte encore sur scène avec ses deux camarades (« Même quand tout semble contre vous, que Skype ne fonctionne pas, et j’en passe »), le temps aussi pour Lou Rhodes de nous expliquer qu’en allant aux toilettes, l’émetteur de son micro a plongé dans la cuvette (« Heureusement, nous en avions un de réserve ») et Lamb nous gratifie d’un « Trans fatty acid » extrait du premier album sorti en 96. Pas de nostalgie, aucun cliché trip hop, encore moins l’impression d’entendre un truc qui aurait mal vieilli. Le son est « phat » à souhait, le break instrumental tout simplement dément. Voilà ! J’aimerais poursuivre, mais comme disait l’autre, j’ai un vieil ami à dîner.

Didier Stiers

SETLIST
01. Another language
02. Little things
03. Butterfly effect
04. Gabriel
05. Existential itch
06. Alien
07. Rounds
08. She walks
09. Strong the root
10. God bless
11. Wise enough
12. Build a fire
13. Gorecki
Rappels
14. What sound
15. B-line
16. Trans fatty acid

“Build a fire”
“She walks”

Didier Stiers

commenter par facebook

5 commentaires

  1. zimdel

    21 décembre 2011 à 15 h 16 min

    Des concerts comme ça, on en redemande…
    C’était juste dément ! Rien d’autre à dire.

  2. Vincent

    21 décembre 2011 à 16 h 48 min

    Je suis tout à fait d’accord avec la critique rédigée ci-dessus. Quelle bonheur de les voir prendre autant de plaisir à jouer. Toutefois, le son nétait pas du tout digne de ce groupe et des chansons qu’ils ont écrites. On avait l’impression que les basses étaient émises dans une voiture présente juste à côté. Dommage…

  3. momo

    21 décembre 2011 à 20 h 21 min

    Excellent concert en effet !

    5 vidéos HD du concert de mardi peuvent être vues sur mon blog

  4. corto

    22 décembre 2011 à 9 h 30 min

    Et ce fut tout aussi bon ce mercredi, Gabriel, j’en frissone encore.

  5. My Big Company

    22 décembre 2011 à 15 h 46 min

    @momo • Bravo, très belles images et excellent son, surtout étant donné les conditions difficiles d’un concert. À écouter sur sa hifi.

    Je n’y était pas, c’est pourtant un groupe que j’aime depuis leurs débuts et, en effet, ils semblent se faire plaisir. Du coup, forcémént, le plaisir se diffuse.

    Merci momo pour ces beaux moments de plaisir, magnifique!

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>