Dionysos reprend son envol

13_dionysos

Dionysos vient de nous pondre un album de rock enchanté, pop et imagé (‘Bird’N’Roll’). L’occasion pour Mathias Malzieu et ses drôles d’oiseau de s’envoler pour une nouvelle tournée. La première étape du périple s’arrêtait, chez nous, hier soir à Bruxelles. Dans une Orangerie surchauffée, le groupe français a regagné le cœur de ses admirateurs et forcé le respect des observateurs.

On aurait presque tendance à oublier que, dans quelques mois, Dionysos fêtera ses 20 ans. Deux décennies à sauter sur les mots et à cascader dans les flaques. À bousculer la chanson et culbuter le rock. Au prix de telles acrobaties, on en a vu d’autres se planter ou, du moins, y laisser des plumes. Mais pas les Français. Jeudi soir, dans une Orangerie pleine comme un œuf, le groupe de Valence a remis les pendules à l’heure en imposant, dans l’urgence et la bonne humeur, le rythme (and blues) de son récent ‘Bird’N’Roll’.

Les lumières sont à peine tombées que l’on peut déjà sentir l’énergie du concert. Sur scène, pourtant, les amplis n’ont pas encore craché un bruit. Mais l’impatience du public est là, palpable, électrique. Encore statique, mais plus pour très longtemps… C’est que Dionysos est attendu au tournant. Depuis l’album ‘La Mécanique du Cœur’, la formation a surtout agité le concept de la comédie musicale et gravité dans les sphères littéraires. Elle a même entrevu la toile du cinéma – mais ça, c’est une autre histoire. Au bout de cette route, longue et sinueuse, on craignait de perdre l’âme du groupe, son énergie, sa folie. Le concert d’hier soir a rassuré.

Sur les planches, Dionysos reste un des meilleurs remèdes contre l’ennui et la morosité. Déjà, l’entrée en matière fuse comme un coup de raquette sur le court central : ‘McEnroe’s Poetry’ remet l’urgence de Dionysos au goût du jour. Chemises noires, cravates rouges, le groupe attaque pied au plancher. Dans la foulée, Malzieu interpelle son audience : « Vous êtes prêts à danser comme on vole ? » Cette soirée en petit comité (après, ce sera Les Ardentes et l’AB) est surtout l’occasion de présenter les morceaux du nouvel album. ‘Bird’N’Roll’ déploie ses ailes et libère ses titres sur scène (‘Bird’N’Roll’, ‘Cloudman’, ‘Le Roi en Pyjama’, ‘Darkside’, ‘Platini(s)’). On sent que le groupe est encore en rodage sur ces chansons. Mais le tout s’imbrique parfaitement avec leurs autres hymnes, déjantés et bordéliques (‘Don Diego 2000’, ‘La Métamorphose de Mister Chat’, Song for Jedi’).

A une époque où les finances mondiales vont mal, le capital sympathie de Dionysos reste au beau fixe. Dans la fosse, les gens rigolent des blagues et des assauts poétiques de ce diable de Malzieu, toujours intenable au seuil de la quarantaine. Épaulé de ses amis (la jolie Babet, Rico ou le fameux Miky Biky…), Mathias, le showman, reste bien en jambes et tient encore sur ses cannes quand, en fin de course, il monte sur la tête de son assistance pour un bain de foule en bonne et due forme. Un mégaphone depuis la console, il harangue une dernière fois son public le temps d’un ‘Wet’ rock’n’roll et bien musclé. La sueur au front, la chemise collée sur la peau, Dionysos s’est offert un bon tour de chauffe avant les grandes migrations estivales.

Nicolas Alsteen

Setlist

Mc Enroe’s Poetry
Bird’n'Roll
June Carter en slim
Don Diego 2000
Sex with a bird
La métamorphose de Mister Chat
Cloudman
Dark side
Can I
Tais toi mon coeur
Song for Jedi
Platini(s)
Spidergirl blues

Rappel :

Le Roi en Pyjama
Wet


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>