François et Dominique culminent à Bourges

Mercredi, le 36ème Printemps de Bourges a proposé à la même affiche deux artistes qui viennent de publier les deux plus beaux albums francophones de l’année. Celui de François & the Atlas Mountains et celui de Dominique A.

Le premier n’a pas manqué de rappeler que l’an dernier, inconnu, il était là dans la section Découvertes, habillé d’un costume brillant, pour se faire remarquer. Tâche réussie au-delà de toute espérance puisque le jeune François Marry peut aujourd’hui se vanter d’être le premier Français signé sur le prestigieux label Domino de Franz Ferdinand, Arctic Monkeys ou The Kills. En ouverture de Dominique A, il est là, entouré de ses redoutables Atlas Mountains, deux claviers, deux percussions. Rarement, on aura entendu une musique francophone aux accents aussi tribaux. François, c’est la réponse française à Vampire Weekend, avec des passages hypnotiques agrémentés de petites chorégraphies prouvant qu’il n’y a jamais de quoi se prendre au sérieux.
Il en va de même pour Dominique A quand, sur la pointe des pieds, le grand Nantais se lance dans ces petits pas et ces gestes mimant les volutes. Entouré de son quintette à vent (flûtes et hautbois), Dominique nous emporte dans la lumière, vers ces lueurs qui nous éclairent et illuminent sa musique d’une épaisseur jouissive. « Mainstream » fait aussi partie d’un set concentré sur son dernier album. Ici, à Bourges, c’est le lendemain, ce jeudi, qu’il présente La Fossette, son premier disque dont on fête les vingt ans… Dans une salle de cent places qui plus est.
Le Dominique A d’aujourd’hui, c’est l’équilibre parfait entre sa voix, l’électricité et le support orchestral, c’est un univers tout en délicatesse et en énergie, parfaitement moderne et créatif.
Les beats assourdis de la sono provenant du chapiteau voisin provenaient de Dionysos qu’on est allé rejoindre sous les rafales de pluie. Il fait chaud sous le Phénix bourré massacre. C’est que ce concert au Printemps de la bande à Mathias est la première officielle de la nouvelle tournée, après ce petit tour de chauffe passé par l’Orangerie du Botanique. Ici, c’est la version luxe (avec les trois « femmoiselles » tout de rouge vêtues aux chœurs) que nous livre Dionysos. Du coup, Mathias se sent pousser des ailes qu’il fait vibrer avant de plonger dans la foule au moment où deux gigantesques canons propulsent leurs milliers de plumes rouges. Bird’N’roll qu’il disait !
Voilà qui nous défoule davantage que Revolver qui ouvrait la soirée. Il ne reste plus grand-chose de la « pop de chambre » du groupe français. Comme le laisse entendre le nouvel album, Revolver n’utilise plus le violoncelle qu’au rayon visuel. Guitares et batterie imposent leur beat binaire et Revolver de perdre toute son originalité pour se ranger du côté d’AaRON et d’une pop dont il reste malgré tout les harmonies très Beatles. Il n’y aurait pas eu ce long passage rockabilly, on aurait peut-être réussi à ne pas s’ennuyer.

De notre envoyé spécial THIERRY COLJON

François & the Atlas Mountains seront le 12/5 aux Nuits Botanique, le 8/7 aux Ardentes et le 14/7 à Dour.
Dominique A sera le 11/5 aux Nuits Botanique.
Dionysos sera le 5/7 aux Ardentes et le 1/11 à l’AB.
Revolver sera le 18/5 aux Nuits Botanique.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>