Alabama akbar

Dans le genre ascension fulgurante, les Alabama Shakes sont plutôt pas mal. Lundi, les Américains faisaient sold out à l’AB Club. Et on met notre Boys & Girls, leur premier album, à couper qu’ils rempliront l’Ancienne Belgique, la grande, avant la fin de l’année.

C’est que tout va vite, très vite, ce serait téméraire de dire trop vite, pour ces petits protégés de Jack White (toujours la garantie qu’on prête un minimum d’attention à tes disques même si tu n’as fait qu’enregistrer une session chez lui quand il était pas là). Il y a un an, le groupe d’Athens devait supplier les patrons de bar pour jouer. Aujourd’hui, ce sont les programmateurs des festivals d’été qui leur font des courbettes. Les Alabama Shakes sont promis au succès. Un succès garanti par la voix, quelle voix, douce et sèche, chaude et autoritaire, de Brittany Howard. Cette « ptite ptite ptite » fillotte d’Aretha Franklin capable de vous faire chialer avec une « berceuse » comme de vous arracher les tympans et quelques mouvements de hanche en hurlant telle une soul girl possédée par les démons de sa majesté le rock’n’roll.
Dans un Club de l’AB aussi prisé que le pub d’en face un soir de derby mancunien, le concert d’Alabama Shakes avait déjà ce lundi des allures de triomphe. Entre soul vintage et rock sudiste, Brittany, lunettes, coupe afro, et ses blancs becs de musicos (un guitariste, un bassiste, un batteur et un claviériste) jouent la B.O. d’une Amérique disparue.
Hang Loose, Hold on, Rise to the sun… Tout l’album (à l’exception de Heartbreaker) y passe. On pense inévitablement au Oh Sweet Nuthin du Velvet Underground en entendant You ain’t alone.
Mais si on s’attendait au disque, à tout casser un set de trois quarts d’heure, c’est pendant une heure et quart qu’Alabama a secoué l’AB. Ces cinq-là n’ont pas volé leur buzz.

J.B.


commenter par facebook

4 commentaires

  1. bernyd

    1 mai 2012 à 18 h 03 min

    J’ai écouté l’album. Grosse déception. Et les plumitifs (comme ici je suppose …) qui trouve un air de Janis J. à la chanteuse. Mouaaarf !!

  2. Mmarsupilami

    4 mai 2012 à 0 h 22 min

    Oui, bon, JB, le titre, c’est Xème degré!
    Eh, eh!

    Sinon, dès leur apparition sur Bandcamp, il était bien évident qu’ils ne resteraient pas bien longtemps sans producteurs. Ca, ça s’est confirmé!

    Dès que j’aurai eu le temps ce week-end de traiter les photos, je posterai ça sur le blog Little Reviews

    Concernant le concert : très fort, même si c’est toujours agaçant cette ambiance “Je suis bien conscient d’être dans les privilégiés découvreurs et tu ferais n’importe quoi que ce serait “standing ovation” (facile dans une salle debout? oui et clin d’oeil au titre de l’article!)…
    Ah ah!

  3. MMarsupilami

    4 mai 2012 à 21 h 55 min

    Un groupe de plus qui a bénéficié du buzz par sa diffusion d’un EP sur Bandcamp. Il y a tellement de bons trucs à découvrir sur ce site que j’en ai fait une rubrique régulière sur mon blog, où j’en épingle un grand nombre qui sont gratuits ou en “Name your price”…

    http://www.mmarsup.blogspot.com/search/label/Bandcamp

    Pour ce qui est du concert, c’était effectivement très bon et prévisible, dès lors que Britanny Howard confirmait qu’elle était capable de reproduire live ses prestations enregistrées…

    Pour le titre de l’article, c’est tellement con, que c’est bien rock! :-)

  4. Mmarsupilami

    4 mai 2012 à 21 h 58 min

    Ah, et tant que j’y suis, le lien pour l’article sur l’avertissement à propos d’Alabama Shakers sur Little Reviews :
    http://mmarsup.blogspot.com/2012/01/bijouterie-bandcamp-3-alabama-shakes.html

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>