Great Mountain Fire : l’acoustique leur va si bien

Mardi soir, la grande surprise venait de Great Mountain Fire. Le combo bruxellois avait décidé de transformer Canopy en véritable expérience acoustique. Un concert qui restera gravé dans l’histoire des Nuits Bota.

Sous le chapiteau, le folk régnait en maître avec Dan San qui présentait son premier album, Domino et Isbells avec un nouveau line up, un nouvel album Stoalin’ et un jeu de lumières époustouflant. Les deux groupes belges sont en place et distillent un folk acoustique qui ne convient sans doute pas à la froideur du chapiteau. Toute en longueur, la salle n’offre pas les meilleures conditions d’écoute ce qui rend le public quelque peu amorphe. Lorsque les excellents Fanfarlo arrivent sur scène, même topo, l’accueil est froid. Pourtant les Anglais, capables de mixer le meilleur d’Arcade Fire, Beirut et The Cure pour en faire des morceaux folk-pop efficaces, ont livré un concert remarquable.

Pendant ce temps-là, au Museum – communément appelé Grand Salon lors des Nuits Bota – les Great Mountain Fire prenaient place. Une salle bondée les attendait impatiemment, curieux de voir ce que les garçons étaient capables de faire en acoustique. Dans la foule, Girls in Hawaii, Montevideo, Vismets, Samir Barris, The Tellers attendaient tout aussi impatiemment, oreilles grandes ouvertes.

Sans un mot ou presque, Antoine, Tommy, Thomas, Alexis et Morgan débutent avec Rrose Sélavy transformant les instrus du morceau original en improvisations planantes. Ils ne chantent plus, ils murmurent. Le synthé est devenu xylophone. Les guitares sont acoustiques ou changées en ukulélé, sitar et mandoline. Le prochain titre, It’s alright, se prête plus au côté intimiste du Grand Salon. Les garçons jouent aux chaises musicales et choisissent leur petit coin de bricolage. L’un aux percussions, l’autre au xylophone ou aux guitares, un troisième au triangle et un dernier au bâton de pluie. Le nombre d’instruments de musique trônant sur le tapis faisant office de scène est impressionnant. Et les Great Mountain Fire s’amusent avec. L’inventivité étant le mot d’ordre de la soirée.

Canopy, Cinderella, Breakfast, Crooked Heads, Late Lights... Le concert passe à une vitesse éclair. La foule entourant le quintet est fascinée. Quelques étonnements résonnent lorsque les Bruxellois reprennent The Model de Kraftwerk. “Osé” disent certains, “incroyable” entend-on à côté. C’est que le groupe maîtrise parfaitement l’acoustique et se découvre des talents de multi-instrumentistes. Pas étonnant qu’il prévoie la sortie d’un album acoustique. Que l’on écoutera dans notre (grand) salon.

Maïlys Charlier


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Luc

    20 mai 2012 à 11 h 09 min

    Great Mountain Fire & Mina Tindle aux Nuits Botanique : petite chronique à lire sur Minuit Dix également : http://www.minuitdix.be/archives/2012/05/17/24280538.html

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>