Tom Barman: « Un groupe a besoin d’un meneur, sinon c’est le chaos »

Suite à la sortie vendredi de “Following Sea”, le septième album de dEUS, nous avons eu l’occasion de papoter dix minutes avec Tom Barman après la séance de dédicace que le groupe a donné à Bruxelles. Le leader de dEUS y parle de la genèse du nouveau disque, de sa sortie surprise, et… d’Axel Bauer.

L’idée de départ, c’était de sortir des EP’s. Ça a tourné en album. Que s’est-il passé?

… ça a tourné en album… On n’a pas arrêté le studio, en fait. Et on avait plein de trucs des sessions de « Keep You Close », des jams, des trucs que je trouvais trop pop pour l’album, comme ‘The Soft Fall’ ou ‘Crazy About You’… Et quand on a voulu finir ces titres, on en a écrit d’autres. ‘Quatre mains’, c’est complètement nouveau. ‘Sirens’, nouveau aussi.

L’album sonne très spontané…

Par moment, oui. C’était aussi l’idée d’avoir une deadline. On avait décidé que pour avril, l’album devait être terminé. Du coup, on s’est adapté. Pour ‘Sirens’, par exemple, c’est quasi live, il n’y a pratiquement pas d’overdubs.

On a l’impression que depuis deux albums vous travaillez plus en groupe?

Oui, c’est parce que ça fait sept ans qu’on est ensemble aussi. Mais c’est toujours moi qui décide au final. Un groupe a besoin d’un meneur, sinon c’est le chaos. Mais tout le reste est fait en groupe.

Vous ouvrez l’album avec ‘Quatre mains’. C’est votre premier morceau en français?

C’est pas la première fois que je chante en français (Barman reprenait Gainsbourg sur l’album en duo avec Guy Van Nueten en 2004 – ndr), mais pour dEUS, oui, tout à fait. Je suis d’ailleurs très curieux de la réaction des francophones à ce morceau. Ça m’inquiète un peu, et d’un autre côté, si il y a des critiques, je m’en fous, parce que je me suis vraiment amusé à le faire. Par contre, c’était pas facile de mettre les intonations au bon moment. Ça me rappelle un peu Axel Bauer, tu te souviens? ‘Cargo de nuit’!

Il paraît que ce titre, c’est une nouvelle version de ‘Paper Bones’ que vous jouiez durant la tournée « Vantage Point »?

Oh! Mais ça, c’est de la cuisine interne! Non, la partie au clavier, on l’a effectivement repris de ‘Paper Bones’, qui est un titre de six minutes qu’on a jamais terminé. Mais ce n’est pas une nouvelle version, on a juste repris une toute petite partie.

Le titre a une ambiance très cinématographique…

Oui, mais ça c’est pas nouveau. J’adore le cinéma et il y en a toujours eu dans dEUS… Là je suis en train d’écrire un scénario, j’espère l’avoir terminé pour la fin de l’année. Et puis, il faudra chercher de l’argent… C’est pas pour maintenant

La sortie surprise du disque, c’était aussi histoire d’éviter les marathons promotionnels?

Oui, il y a de ça. Et c’était surtout pour pas emmerder les gens. Pour « Keep You Close », j’avais fait pleins d’interviews, on était dans tous les journaux… Là, l’album est sorti, c’est inattendu, les fans sont au courant, ils sont heureux, c’est le principal. C’est la plus chouette sortie qu’on ait eu. Hier (vendredi,jour de la sortie du disque – ndr), j’étais avec Stef Kamil (Carlens, Zita Swoon, ex-dEUS – ndr) sur ma terrasse avec un verre de vin, le disque était sorti… C’était parfait.

Recueilli par Didier ZACHARIE

L’album est en écoute sur le site Drowned In Sound

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>