Les confessions intimes de Perfume Genius

Coincé entre les samples bling-bling et les salves électriques, Perfume Genius tisse un havre de paix sous la Pyramid Marquee. Âmes insensibles s’abstenir.

L’après-midi suit son cours sur la plaine de Rock Werchter. A l’heure du thé, à peine cinq minutes après le patient anglais, Perfume Genius plante ses mélodies délicates dans le jardin de la Pyramid Marquee. Mike Hadreas, l’âme hyper sensible du groupe, est là, les yeux fermés au-dessus de son piano. Deux amis accompagnent le garçon sur les routes de sa tournée marathon. La rythmique est feutrée, l’ambiance intimiste. Pas la peine de compter sur Perfume Genius pour balancer du gros beat et vous retourner le cervelet. Mais pour bouleverser son monde, le poids plume est un champion. Mike Hadreas a pris l’habitude de déshabiller les zones d’ombre de sa vie sous des chansons maniérées. Du coup, quand il approche ses lèvres du micro, c’est forcément pour vous arracher une larme. Les festivaliers écoutent ses confessions dans un recueil quasi contemplatif. A des années lumières de toute agitation, Perfume Genius traverse les eaux troubles de ses deux albums (le premier ‘Learning’ et le récent ‘Put Your Back N2 It’). En sa compagnie, on songe souvent aux envolées d’Antony Hegarty ou à la pop désenchantée d’Elliott Smith. Tout est très calme. Et surtout très beau.

Nicolas Alsteen

lesoir

Image 1 de 94

LE SOIR. WERCHTER. PEARL JAM. PHOTOS: THOMAS BLAIRON


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>