Alabama Shakes, entre Soul et Rock Werchter

Avec leur cocktail détonant de soul et de rock’n’roll vintage, les Américains d’Alabama Shakes s’imposent à Werchter dans la catégorie « miracle et révélation ». Sous haute tension.

Samedi. Début d’après-midi sur la plaine de Rock Werchter. Les cinq musiciens d’Alabama Shakes s’emparent de la Pyramid Marquee. A première vue, ces gens n’ont pas la tête de l’emploi. Mais dès qu’ils lancent la machine, ce sont les rois du monde. La force du groupe, son véritable moteur, c’est la voix chaude et habitée de Brittany Howard, immense chanteuse au coffre fort. Quand elle s’arrache les cordes vocales sur les chansons habitées de l’album ‘Boys & Girls’, la meneuse de la troupe d’Alabama ravive le souvenir de quelques figures sacrées. Janis Joplin, Aretha Franklin ou Tina Turner rugissent dans sa gorge profonde. Sans sa prestance et son imposante présence, Alabama Shakes serait une formation banale. On la rangerait dare-dare au rayon « Retromania », tendance soul-rock. Mais il y a Brittany Howard. Et ça change tout. Chaque morceau est chanté avec un supplément d’âme et une ardeur d’avance. On peut chipoter, ergoter, reprocher au groupe ses arrangements old school et ses excès revivalistes, mais qu’on ne s’y trompe pas : avec Brittany Howard au micro, Alabama Shakes est forcément sur la bonne voix.

Nicolas Alsteen

 

Setlist :

Going To The Party

Hang Loose

Hold On

I Found You

Rise To The Sun

Always Alright

Boys & Girls

Be Mine

I Ain’t The Same

Mama

Makin’ Me Itch

On Your Way

You Ain’t Alone

Heavy Chevy


 


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>