L’étrange Werchter de monsieur Jack

Sauveur du rock, auteur de ‘Seven Nation Army’, moitié des White Stripes et directeur de Third Man Records, Jack White a planté sa centrale électrique sur la plaine de Werchter. A chaque morceau, on a frôlé l’explosion. Fameuse sensation.

Pour célébrer la sortie de son album solo, le récent ‘Blunderbuss’, Jack White se lance sur la route avec deux groupes. D’un coté les mecs, de l’autre les filles. Chaque soir, le chanteur choisit son camp. Ce vendredi soir, l’ancien meneur des White Stripes invite les garçons sur la Main Stage. A Rock Werchter, les nanas restent en coulisse. On est un peu triste. Mais notre peine est de courte durée. Dès que l’homme fort du rock américain tricote le riff de ‘Dead Leaves and the Dirty Ground’ sur sa gratte, on est transporté, électrocuté. Cinq musiciens l’accompagnent dans l’effort. Très fort. Costume noir, bottes blanches, panama sur la tête, Jack White a la classe américaine. C’est le dernier rempart du rock, de la country et du blues. Sur scène, il défend une décennie dédiée à la guitare : la tournée des grands-ducs. Quelques étapes dans le répertoire des Stripes (‘Hotel Yorba’, ‘The Hardest Button to Button’, ‘We’re Going To Be Friends’, ‘Hello Operator’), une halte chez The Dead Weather (‘I Cut Like a Buffalo’), des allers-retours dans l’œuvre des Raconteurs (Steady, As She Goes’, ‘Top Yourself’) et quelques incursions solo (Weep Themselves to Sleep’, ‘Sixteen Saltines’) tapissent le parcours sans faute de l’homme de Détroit. Ça part dans tous les sens, c’est un peu étrange. C’est complètement fou. En véritable guitar hero, Jack White jongle entres cordes acoustiques et électriques. A l’aise. Il signe ici un des grands moments du festival. Son concert s’achève sur un ‘Seven Nation Army’ jubilatoire. Les cheveux au vent, Jack White quitte la scène. Il n’a plus de chapeau. Mais il a toujours la classe.

Nicolas Alsteen

 

Setlist :

 

Dead Leaves and the Dirty Ground (The White Stripes)

Missing Pieces

Weep Themselves to Sleep

Hotel Yorba (The White Stripes)

Top Yourself (The Raconteurs)

I Cut Like A Buffalo (The Dead Weather)

Trash Tongue Talker

Take Me With You When You Go

Freedom At 21

The Hardest Button to Button (The White Stripes)

Two Against One

We’re Going to Be Friends (The White Stripes)

Steady, As She Goes (The Raconteurs)

Hello Operator (The White Stripes)

Sixteen Saltines

Seven Nation Army (The White Stripes)


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>