Soko, Miss Bricolo & co

En attendant les pointures, l’après-midi en festival peut-être propice aux découvertes et aux bonnes surprises. C’est ce qu’on s’était dit en allant écouter Shearwater et Warpaint notamment. Direction un HF6 tout pimpant… mais pas forcément toujours le meilleur endroit pour apprécier un concert.

Bonne surprise, c’est un petit peu ce qu’on espérait de Shearwater, sous le plafond métallique du nouveau hall des foires. Las… Le groupe texan, constitué notamment de gens d’Okkervil River, compte une dizaine d’années de bouteille mais semble malheureusement avoir évolué vers ces envolées épiques, un peu grandiloquentes, façon Editors. Les harmonies à trois voix ne changent pas grand-chose à l’impression, pas plus que ces guitares entre effets et distorsion. Le port des bouchons est même recommandé : à la batterie, ça bastonne, et plus encore quand un tom supplémentaire entre dans la danse.

Même froncement de sourcil à l’écoute de Soko, dont on avait gardé le souvenir d’une demoiselle forte-tête explosant les codes du lo-fi et de l’anti-folk. Quand même, « I’ll kill her » ! Cet après-midi aux Ardentes, la Française baladeuse (incursions au cinéma, longs séjours à Los Angeles…) nous est revenue en Miss Bricolo. Boîte à rythmes foutraque, batterie punky, violon un peu folk et même rot sonore dans le micro : on a du mal à trouver le fil rouge d’un concert certes desservi par l’acoustique des lieux mais qui ressemble surtout à une marrade entre copines habillées n’importe comment. Et puis, question : pourquoi s’adresser au public en anglais, Stéphanie Sokolinski ? Why ?

“I’ll kill her”

Autant dire qu’on espérait un peu autre chose de la part de Warpaint. Le groupe des copines, elles savent tout autant que Soko ce que c’est. Sauf que c’est sur un ton bien différent, et sans déconne inutile. Deux guitares, d’amples harmonies vocales ici aussi, mais dont la langueur donne un vrai cachet à ce rock aux contours gentiment psychédélique. Il n’en faut parfois pas plus pour passer un bon petit moment.

Et dire que sur le coup de 21h, c’est Patti Smith qui s’y produira, dans cet HF6. En même temps, il y a des ingés capables de vous remettre le son dans le bon ordre comme des médecins vous retapent une clavicule à neuf.

Didier Stiers

 

Didier Stiers

commenter par facebook

3 commentaires

  1. scal

    6 juillet 2012 à 9 h 57 min

    Excellente chute (si j’ose dire).

  2. Philippe

    6 juillet 2012 à 16 h 56 min

    et BIRDPEN vous y étiez où Monsieur Stiers ??

    • didierstiers

      6 juillet 2012 à 18 h 36 min

      Ne jamais poser de question avec “où”, Monsieur Philippe !

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>