Dour de France (1) – La Femme parfaite

la femme

Tiraillés entre les sixties et les années 80, les Français sont la première toute bonne surprise de ce Dour 2012.

Ils sont jeunes, très jeunes (20 ans de moyenne d’âge), n’ont pas encore d’album mais ont déjà donné, à l’arrache, des concerts sur les deux côtes des Etats-Unis. Les Français de La Femme sont l’une des curiosités de ce 24e festival de Dour. La Femme vient de Paris, de Biarritz et de Bretagne. Elle a la froideur de la new wave (parfois cold), un côté pop psychédélique sixties, tantôt surf tantôt yéyé, et un genre Taxi Girl qui doit plaire à Daniel Darc.
La Femme, c’est un groupe à géométrie variable qui bosse de 5 à 7. Des gamins DIY qui gèrent tout comme des grands. L’enregistrement, les clips, les t-shirts, les pochettes de disques et leurs ventes aussi…

Dans la Petite Maison dans la prairie, à une heure où les Ingalls doivent encore être en train de faire la sieste, ils sont cinq garçons et deux filles. Deux batteries cachées derrière une rangée de claviers où on joue aussi de la gratte et de la basse. Avec des armes qui se retournent souvent contre leurs utilisateurs (son eighties, synthés à gogo), les kids sont plus qu’all right. Les Kids assurent. Ils chantent en Français (Sur la planche, Télégraphe), font des instrumentaux…

Il y a du monde, comme d’hab à cette heure-ci à Dour le premier jour (déjà 20.000 campeurs la veille au soir, forcément), mais La Femme le mérite. La Femme a un fameux son, hypnotique, dansant, et provoque même déjà les premiers déhanchements… Les Frenchies ont sorti deux EP’s en vinyle et numérique et bossent, entre les concerts, sur leur premier album. Curieux d’entendre ça.
J.B.

 


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>