La place perso de Montevideo

Jeudi, à l’heure où le groupe presse le bouton « on » de sa mécanique à danser, un petit crachin rafraîchit la plaine. Notez, il menaçait depuis l’après-midi, annoncé par des nuages gris maraudant au-dessus de La Petite Maison dans la Prairie, le chapiteau sous lequel jouaient les dansants Norvégiens de Casiokids. Pas grave : ceux qui ont rejoint Jean Waterlot & co sous le chapiteau du Magic Soundsystem font l’aller-retour Big Apple / Ville Lumière en classe clubbing.

Comme Jean et Manu nous l’ont expliqué, la formation pensait aller enregistrer son nouvel album (Personal space, annoncé pour le 21 septembre) à New York, chez DFA (LCD Soundsystem) ; elle n’en sera revenue qu’avec « Horses », pour ensuite achever ce disque dans l’Hexagone et sous la houlette de Joakim. En est extrait ce « Runaway » : l’histoire d’une fille qui prend la fuite. « Des nouveaux morceaux, prévient le chanteur. Enfin ! » Le minitrip se poursuit… dans le temps : « Tribal dance », sorti l’an passé mais qui figure aussi sur l’album, fait claquer guitare, claviers et batterie sur un tempo disco. Eh oui, du côté des seventies, on aimait bien les longs breaks instrumentaux. Si « Personal space », le titre éponyme, s’avère plus planant, il y a toujours quelque chose de dansant dans la musique de Montevideo. Du coup, on ne s’étonnera pas de voir le groupe aux 10 Days, le 14 juillet…

Didier Stiers

 

L’interview
Montevideo chez DFA
Montevideo chez Joakim
Montevideo et la dance

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>