Ronquières s’incline devant Metronomy

Le Ronquières Festival est chanceux pour cette première édition : il fait beau sous le plan incliné, Peter Doherty est là et les festivaliers ont répondu à l’appel.

 

En remontant l’allée jusqu’à l’entrée, l’évidence s’impose:  voilà un festival pas comme les autres et qui, dès sa première édition, a trouvé sa place dans l’agenda chargé de nos étés. Ici, tout est concentré comme dans un bateau.

A tribord pour les fans de Metronomy, Montevideo, Soldout, Ozark Henry ou encore Party Harders. A bâbord pour les fans de Stereo Grand, Bikinians, Peter Doherty et Joey Starr. Les frites, les crêpes, les hamburgers,… en poupe à l’abri du plan incliné. « Un décor hors du commun » comme le disait Metronomy. De temps à autre, les festivaliers sont déconcentrés par le passage d’un navire. Les matelots en profitent pour jeter un œil aux concerts au passage et faire quelques signes à la foule qui leur répond enthousiaste.

 

Il est rare de voir les Anglais de Metronomy à une heure aussi « matinale ». Le groupe est venu déverser son « English Riviera » peu après 15h. Leur batteuse devant se rendre à un mariage en Allemagne le soir même, Metronomy ne pouvait jouer à une heure plus tardive. « Ce n’était plus arrivé depuis longtemps de jouer aussi tôt en festival », notera Joseph Mount, visiblement amusé. Il est aussi rare de voir le public si attentif et les festivaliers si nombreux se presser pour l’un des premiers groupes de l’affiche. Pendant 40 minutes, pas un bateau ne viendra troubler la concentration des festivaliers. Au vu de l’ambiance, le concert valait largement l’une des dernières places de l’horaire. Le soleil, lui aussi, s’était rassemblé autour de la scène tribord du Ronquières Festival. D’ailleurs, à l’heure où l’on écrit ses lignes, pas une goutte de pluie n’est venue obscurcir le festival.

 

A bâbord, la place ne manque pas. La plaine, plus imposante, semble pouvoir accueillir une plus grande foule qu’à tribord. Une bonne chose pour les grosses têtes d’affiche de ce samedi : Peter Doherty et Joey Starr. Pour l’heure, c’est Stereo Grand et Bikinians qui en ont profité. Le groupe belgo-écossais a su séduire la foule qui ne s’est pas privée d’entonner joyeusement « Stereo stereoooo ». Même ambiance zéro prise de tête, 100% spontanéité pour Bikinians.

 

Mais la foule se presse déjà à tribord pour voir le show vitaminé de Soldout. Le duo électro belge avait mis le feu la semaine passée aux Francos de Spa. Charlotte et David ont remis ça sans aucune difficulté à Ronquières. Les nouvelles compositions du duo n’ont pas à rougir de la comparaison avec les hits de l’époque « Stop Talking ».

 

Alors que Peter Doherty se promène à l’arrière de la scène babord, on retourne à tribord voir ce qu’Ozark Henry a dans le ventre.

 

Maïlys Charlier


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Al1

    29 juillet 2012 à 17 h 36 min

    Encore un article qui parle de tout sauf du contenu des concerts…

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>