L’été se meurt à Ronquières

Triggerfinger, Izia, Julien Doré et IAMX ont marqué cette deuxième et dernière journée du Ronquières Festival. Sous le soleil exactement. Enfin presque…

Une deuxième journée sous le soleil. Avec quelque 7.000 festivaliers soit 2.000 de plus que la veille. L’après-midi a vu défiler une Noa Moon venue nous enchanter de son paradis. La jeune femme propose des compositions folk pleines de fraîcheur dans la lignée des Tellers. Sans doute impressionnée par l’accueil chaleureux, la chanteuse procède aux remerciements d’usage et remercie l’organisation…des Ardentes. La petite prend de l’avance mais on lui pardonne aisément. Les envolées folk d’Absynthe Minded et la bonne humeur de Jali à tribord. Le rock très nerveux de Romano Nervoso et le reggae séduisant d’Hollie Cook à bâbord.

En fin d’après-midi, la sauvage Izia attendait les festivaliers sur cette même scène. La fille Higelin n’a donné aucun répit aux festivaliers, obligés de chanter et danser sous les ordres de l’impétueuse chanteuse. Si la foule est captivée par l’énergie et la folie d’Izia, il faut bien avouer que ses morceaux ne sont pas bien originaux. Musicalement, ça frappe fort, la mélodie est entraînante et les guitares crient quand il faut mais ce que chante Izia est souvent incompréhensible. Elle hurle plus qu’elle ne chante. Les hommes sont bouche bée devant cette beauté sauvage mais en vérité, tout cela est vite agaçant.

La belle Izia laisse la place au trio anversois Triggerfinger, qui confirme son statut de « groupe de l’année » (en 2011, Triggerfinger est récompensé au Music Industry Awards, NdlR). Bref, sur scène, ils assurent et nous offrent une belle surprise en reprenant « I Follow Rivers» de Lykke Li. La reprise de Triggerfinger brille d’ingéniosité surpassant l’originale et le remix de The Magician. La qualité continue avec ce formidable entraîneur de foule qu’est Julien Doré. Cette ancienne «Nouvelle Star » possède des compositions accrocheuses et assure scéniquement. Accompagné de six musiciens, le chanteur sait mener une foule à la baguette. Répondant du tac au tac, le public effectue la choré d’usage sur « Kiss Me Forever » et chante en choeur sur « Les limites ».

Comme le dit si bien le chanteur, « l’été summer ». Si le soleil étincelle lors des concerts de Julien Doré et Triggerfinger ; pendant Brigitte, c’est le déluge. Les festivaliers s’abritent ; il ne reste que quelques centaines de courageux pour assister au concert des Françaises. Dommage, l’étrange duo aura deux belles reprises à nous offrir : le désormais célèbre « Ma Benz » de JoeyStarr et l’étonnant « Eye of the tiger » de Survivor. Elles l’ont pourtant crié fort qu’elles avaient besoin d’amour mais la pluie a gagné la partie.

A bâbord, la plaine est tout aussi clairsemée. Mais les fans d’IAMX sont bien présents et attendent Chris Corner de pied ferme. C’est avec « The great shipwreck of life » que le chanteur entre en scène. Nouveau line-up, nouveau décor, nouveaux costumes. Présage d’un nouvel album à la rentrée. Pour l’heure, on se remémore le meilleur d’IAMX : « Kiss and Swallow », « President », « Tear Garden », « Spit it out » et « Nightlife », point d’orgue du concert. L’électro burlesque d’IAMX fait encore mouche et la voix de l’ancien Sneaker Pimps est toujours aussi enivrante.

Au moment d’écrire ces lignes, des cris de jeunes filles nous parviennent à tribord. M.Pokora vient de monter sur scène. Il est temps pour nous de lever l’ancre…

Maïlys Charlier


commenter par facebook

6 commentaires

  1. Jipito

    30 juillet 2012 à 10 h 47 min

    Quelle tristesse en lisant de tels articles. J’y était et je n’ai pas du tout vécu le même festival. J’ai vu un public bien plus enthousiaste devant le superbe prestation d’Izia et je n’ai entendu que des critiques sur Julien Doré, qui a endormi tout le festival! Curieux?!

  2. Colobei

    30 juillet 2012 à 11 h 48 min

    “[...] ils assurent et nous offrent une belle surprise en reprenant « I Follow Rivers» de Lykke Li.”

    Juste comme ça, entre nous, cette reprise est n°1 des tops en Flandre (et autres, même en Autriche… !) depuis des mois… Pas vraiment une surprise donc…

  3. Tabatta

    30 juillet 2012 à 14 h 31 min

    Mais où était donc la journaliste ?
    Julien Doré entraîneur de foule… allons donc ..

  4. Amateurisme

    30 juillet 2012 à 15 h 19 min

    Un compte-rendu mené à la baguette mérite qu’on y réponde du tac au tac. La ‘journaliste’ radote plus qu’elle n’écrit. En vérité, tout cela est vite agaçant mais il est temps pour moi de lever l’ancre…

  5. Sat

    31 juillet 2012 à 9 h 47 min

    Et Milow ??? Pas un mot sur sa superbe prestation ?

  6. Noni

    31 juillet 2012 à 10 h 49 min

    Je signale au passage que c’est bien l’organisation des Ardentes qui s’occupait du Ronquières Festival.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>