Dandinons-nous avant l’Apocalypse

Une chose est certaine à propos d’Alpha 2.0 : les trois Bruxellois sont des garçons extrêmement prudents puisqu’ils ont choisi la veille de la fin du monde pour monter sur scène et y jouer les morceaux de leur dernier album en date.

C’est vrai quoi… On a beau nous assurer que les prédictions sont fausses, que c’est une erreur de calcul, et que tout au plus, les Mayas annonçaient la fin d’un cycle, soit… Mais quand on voit Bruel s’acoquiner avec La Fouine, la coupe de cheveux qui va nous représenter à l’Eurovision et un Tim Burton himself qui n’arrive pas à rendre une chanson des Killers un minimum moins chiante, on se dit qu’il y a là des signes incitant à la méfiance.

A propos de cycle, cela dit… C’est exactement là-dedans que s’inscrit Eternity, l’album d’Alpha 2.1 sorti en novembre dernier. Un disque dansant, ou plus exactement « dandinant », dixit Gaethan Dehoux… qui a répondu à nos quelques questions.

Sortir ce genre d’album « concept » en 2012, n’est-ce pas un peu aller à contre-courant de la manière dont beaucoup de gens consomment la musique aujourd’hui ?

Ce n’est pas un disque concept. C’est un disque qui s’inscrit dans un concept, il ne faut pas avoir entendu Infinity pour écouter Eternity. Chacun peut avoir un niveau de « lecture » qui lui convient, mais au plus l’auditeur passera de temps à découvrir notre univers, au plus il comprendra sa richesse. Je pense aussi qu’à moyen terme, les gens vont se lasser de cette frénésie d’informations et de groupes qui sont écoutés le temps d’un été et oubliés aussi sec. En tout cas, ce qui nous intéresse, c’est de construire petit à petit et avoir des bases solides qui nous permettront de survivre au temps qui passe et aux modes qui changent… Éternellement ?

Je me suis laissé dire que pour vous, ça « bougeait du côté flamand »… Que faut-il entendre par-là ? Il y a déjà du concret ? Est-ce étonnant ?

Étonnant, je n’espère pas, nous sommes un groupe bruxellois et nous n’avons aucun parti-pris… Notre distributeur est situé à Louvain et nous espérons que notre musique dépasse les considérations linguistiques. Concrètement, il y a des revues presse à venir sur différents médias. Les retours que nous avons sont souvent positifs. Encourageants…

Une idée de ce à quoi ressemblera l’album suivant, puisqu’il est question d’une sorte de trilogie ?

Une partie des « outils » sont déjà là, oui. Pour ce que est des titres à proprement parler, nous n’avons que des ébauches et nous verrons quels « accidents » nous réserve l’avenir. En effet, les nouvelles rencontres et événements à venir façonneront certainement le prochain album. Pour finir, je ne dirais pas que c’est une « sorte de trilogie », c’est une trilogie. Pour la clôturer avec classe, il va falloir être consciencieux, mais ce jeu est très amusant et amène à une méthode de travail qui ne ressemble pas à la façon « traditionnelle » de faire un disque. C’est moins ponctuel et le travail à long terme nous correspond mieux.

Didier Stiers

En concert ce jeudi 20 décembre au Botanique (Rotonde – Avec Meridians).

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>