Les news inutiles de la semaine #12

Cette semaine, on vous dit tout sur le pourquoi du comment David Bowie a réussi son coup; on parle aussi des Smiths, mais comme il se doit, séparément; du combat interne qui déchire Sufjan Stevens; sans oublier de prendre le pouls de 2013.

La grosse affaire de la semaine, c’était bien évidemment le retour inopiné et pas prévu pour un sous de M. Jones alias David Bowie. Et pour le moins qu’on puisse écrire, c’est que l’ami Ziggy a réussi son coup (comme à chaque fois, on a envie d’ajouter)! La vidéo de son nouveau single à peine postée que la presse (surtout anglaise) s’est affolée comme si Lennon ressuscitait. Petit tour d’horizon des questions posées avec ou sans réponse apportées (puisque Bowie reste silencieux) et des réflexions qui ont suivi l’annonce du retour de l’idole… et qui tentent d’expliquer en somme pourquoi Bowie est une nouvelle fois au-dessus du lot:

- la nouvelle chanson: Bowie, l’artiste qui a toujours regardé devant lui, revient avec un titre « intimiste », « nostalgique des ses années berlinoises »… Serait-ce son testament? Sauf que Tony Visconti affirme que l’album est « plutôt rock » et très différent du single.

- la santé: De même, ‘Where Are We Now?’ sentant à ce point la nostalgie, confirmerait les rumeurs sur la santé chancelante de l’artiste. A nouveau Visconti à la rescousse: « Bowie est en très bonne santé ».

- la pochette de l’album: qui est en réalité la pochette de « Heroes » (1977) barrée d’un carré blanc présentant le titre du nouveau disque « The Next Day ». Encore une autoréférence, donc. Et encore de quoi surprendre. Explications avec l’auteur de la pochette: « Les idées les plus simples peuvent être les plus radicales ».

- le live: c’est la suite logique, non ? Non. Le patron est « très clair » là-dessus. Selon Tony Visconti, toujours lui, « il ne jouera plus jamais en live. Un des musiciens disait: « Comment on va faire pour jouer tout ça en concert? » et David répondait: « On ne le fera pas ». Il disait ça tout le temps ».

- la communication: c’est le vrai trait de génie de toute l’affaire. Bowie, à 66 ans, a compris l’époque et joue avec ses codes pour mieux prendre à revers. Toutes les questions posées ci-dessus sont les questions que se posaient un fan de musique quand il découvrait un disque ou une chanson à l’époque pré-internet. En clair, Bowie est parvenu à rendre l’excitation liée à la sortie d’un disque. C’est Jonathan Ross, présentateur vedette de la BBC et fan invétéré du maître, qui le dit le mieux: « Je soupçonne que le long hiatus et la surprise du nouveau single étaient délibérés, c’est là le génie de David B. A l’heure où nous pouvons suivre chaque pensée et chaque caprice de nos héros musicaux sur un certain nombre de réseaux sociaux, où on peut voir ce que Rihanna prend au petit déjeuner et savoir ce que pense Lady Gaga de Die Antwoord en 140 caractères, maintenir un complet silence radio de dix ans vous place instantanément devant et au-dessus de la mêlée, tout en créant une soif, un désir, un besoin d’information à peine tolérables. Et donc revenir avec un single, une vidéo, la promesse d’un album tout cela le jour de ses 66 ans, c’est du showbiz old school. Quelque chose dont le colonel Parker aurait été fier. Et ça vous repositionne directement au centre de tout le tremblement». Ah, le salaud! Il nous a encore eu!

De l’autre côté du prisme (c’est-à-dire du côté de 1957, par là…), on prend quelques nouvelles de Morrissey, ancienne idole aujourd’hui à nouveau rejeté par tout un peuple. Explications: ça fait un an et demi que le Mozzer annonce qu’il a un nouvel album prêt, écrit et enregistré… « Mais y a personne qu’en veut d’mon disque! ». (Hein? Personne? Vraiment personne? Mais pourquoi il le sort pas tout seul, alors, son disque… C’est vrai, pourquoi?) Du coup, Morrissey fait le tour des plateaux TV pour plaider sa cause. Cette semaine, c’est chez Letterman qu’il a joué un titre inédit. S’il y a des lecteurs qui peuvent éventuellement aider ce brave homme à offrir au monde son nouvel album, FAITES UN DON! CONTACTEZ-LE ! QU’ON EN FINISSE! PAR PITIE! QU’IL LE SORTE SON DISQUE!!

De son côté, Johnny Marr, son ancien compère au sein du seul groupe qui ne se reformera jamais (on a confiance… et puis, vous accepteriez de côtoyer Morrissey en vase clos pendant X mois pour quelques millions d’euros, vous?… Et c’est des Smiths qu’on parle, là) … Johnny Marr, donc, n’a pas ce genre d’inquiétude. Son disque à lui sortira d’ici peu (le 25 février pour être exacte) et il sera même invité de luxe sur le prochain album de Carl Barat, ancien Libertine (un album co-écrit avec… Benjamin Biolay). Donc, Johnny Marr, on y arrive, a profité de toutes ses activités pour en sortir deux-trois bonnes bien placées. Déjà, lui et le Mozzer, c’est fini: « On n’a pas vraiment de raison de rester en contact, pour être honnête » (on vous dit qu’ils ne se reformeront pas!); et puis, cette belle bleue: « Les Smiths ont inventé le rock indé ». C’est pas faux. Mais est-ce pour autant vrai?

Autre chose. Sufjan Stevens a un problème (on ne parle pas ici de la manière dont son cerveau fonctionne… Quoique). Sufjan a en effet vendu un de ses morceaux à Red Bull, et il n’en est pas fier. En fait, il n’assume pas du tout, le Sufjan, allant jusqu’à se justifier qu’il fallait bien trouver de l’argent pour payer tous les confettis de sa tournée de Noël (on vous a parlé de ce que représente Noël pour Sufjan) et même à s’excuser pour la faute commise (Allons, bon!) dans le New York Times dont un journaliste venait de lancer le débat de savoir s’il était éthique ou pas pour un musicien de se vendre à l’industrie du soda. Bref, Sufjan fait dans son froc. Nous, ce qu’on en pense… C’est que s’il arrivait à Sébastien Tellier de vendre du son pour une pub, il pleurerait pas dans son coin comme un gamin. Au contraire, on est persuadé que le Grand Homme revendiquerait haut et fort sa nouvelle casquette. Mais c’est un autre débat qui n’a sans doute pas sa place ici (car le débat de notre époque est bien le suivant, non plus Beatles vs. Stones, encore moins Blur vs. Oasis -enfin!-, mais bien Sufjan Stevens vs. Sébastien Tellier! Qui a raison qui a tort?… La suite, peut-être, dans un prochain épisode…)

Ce n’est pas ce genre de dilemme qui risque de turlupiner nos trois lascars suivant. Le premier, Johnny Depp, poursuit de plus belle sa crise de la cinquantaine en compilant un nouvel album de chants de pirates… Et on peut vous dire que le Captain Jack Sparrow a réussi à rameuter du beau monde! Parmi lesquels les (vrais! on n’en doute pas une seconde!) pirates que sont Tom Waits et Keith Richards. Les deux en ont profité pour s’en vider quelques unes, tiens! Le résultat sent à ce point le bon vieux rhum dominicain…

Enfin, petit tour rapide sur ce qui nous attend en 2013… Pour le NME, il s’agit de soixante groupes à ne pas louper, parmi lesquels… (cocorico!) BRNS. (c’est pas pour nous vanter, mais on vous avait déjà prévenu…). La playlist complète du NME pour 2013 ici.

Le groupe français qui passe tout le temps sur les ondes depuis déjà quelques mois sans que vous vous en rendiez compte, dont vous ne vous souvenez jamais le nom et qui commence sérieusement à vous chatouiller les tympans. Ça s’appelle Aline, et m’est avis qu’on va en bouffer pas mal en ce début d’année.

Enfin, si Noël, comme chaque Noël, appartient à Georges M. Les premiers jours de 2013 marquent le retour de Justin Timberlake. Considérant que les news inutiles se doivent aussi d’être inutiles, on vous offre à entendre à quoi ça ressemble, parce que y a pas d’raison, on a aussi de la place pour un gars qui s’appelle Justin!

Bonne semaine quand même…

DIDIER ZACHARIE


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>