Les news inutiles de la semaine #22

Cette semaine, on décortique Woodkid et pourquoi c’est l’album de l’année… C’est vrai, pourquoi, d’ailleurs?; une démo des Smiths refait surface; ne faites jamais de salut Nazi à un concert des Dropkick Murphys; The Names, un groupe légendaire de chez nous se fait réédité; et oubliez Bowie, oubliez My Bloody Valentine, le retour miraculeux de la décennie, c’est ici.

Il semblerait qu’on ait déjà trouvé le disque de l’année. Et haut la main encore bien! Qui ne souffre d’aucune concurrence tant il vole au-dessus de la masse de ses ailes d’or et de diamant! En tout cas, c’est ce que raconte la presse de cette semaine. Mais de qui parlons-nous? De Woodkid. Woodkid, alias le Français Yoann Lemoine, New Yorkais d’adoption et réalisateur de clips pour Katy Perry et Lana Del Rey à ses heures perdues. Un génie, donc, forcément. Bref, Woodkid vient de sortir « The Golden Age », qui est, je cite: « l’album de l’année » (Du Parisien au blog Y/Z Generation), « l’album que vous allez tous aimer » (Moustique), « classe. Somptueux. Bouleversant » (Focus), un “album de pop baroque, vénéneux, mélancolique et troublant” (Le Soir), ou encore, plongeons la tête la première dans la pathos (en même temps, ça sied bien à la musique) avec Les Inrocks, toujours les meilleurs quand il s’agit de faire montre de nuance: « Tout simplement époustouflant. «The Golden Age » est plus qu’un album, c’est une épopée (…) une synthèse parfaite de ce que devrait être la musique en 2013». Eh beh… Tout ça pour un seul disque?

Bon, ça nous dit quoi, cette symphonie wagnérienne de louanges en une seule et même semaine? Ça nous en dit en tout cas plus sur le service marketing dont jouit l’artiste que sur le contenu musical.

Ca tombe bien, les majors du disque reprennent du poil de la bête, à ce qu’il paraît. Nouvelle stratégie, nouvelle vision. C’est ce que nous explique ce fort intéressant article de Libération: en gros, les majors se (re)lancent dans la découverte de jeunes talents (enfin, qu’ils disent…), en créant des sous-labels étiquetés « indés » pour l’image, car, oui, si le rock indé n’existe plus, l’étiquette indé donne du crédit, et les majors l’ont bien compris: « Même si leur petite taille les apparente à des labels indépendants, ces nouvelles entités adoptent des stratégies qui relèvent d’une grosse compagnie (…) Surtout, il s’agit de rester pragmatique et connaître le marché, comme en témoigne Vincent Boivin, fondateur d’Arista France: «Avoir un coup de coeur pour un groupe est important. Je ne signerai cependant pas un album de reggae, même bon, car ça n’intéresse personne. On cherche plutôt des profils branchés comme Woodkid ». Résultat, Woodkid, album de l’année.

Et il en pense quoi, le principal intéressé, de tout ce plan de marché derrière son nom? “Ce sont des stratégies destinées à garder intacte l’intégrité du projet. C’est notre priorité. Il n’y a pas de volonté de faire du mystère pour faire du mystère (…) Cela dit, adosser à Woodkid l’étiquette de buzz internet sur quelque chose qui s’est créé il y a deux ans, ça me fait rigoler”. On le comprend, nous aussi, à sa place, on rigolerait!

Ah, et pour ceux qui froncent du sourcil et se demandent de quoi on parle au juste… Woodkid, c’est ça:

Oh, pardon…

Rien à voir. Ou si peu. Alors que Morrissey a raison retrouvé et annule ce qui restait de sa tournée américaine pour raison de santé (…mentale ou physique?), une démo des Smiths datant de 1983 a fait surface sur le net. L’enregistrement, intitulé “The Pablo Cuckoo Tape”, date de mai 1983, soit d’avant que le groupe ne signe chez Rough Trade. Le détenteur de l’enregistrement (qui dit l’avoir reçu en 1997 d’une source proche du groupe) avait d’abord l’intention de sortir la chose de manière semi-officielle, mais en a été dissuadé de manière vigoureuse par Warner, détenteur des droits sur les enregistrements officiels des Smiths. Aujourd’hui, internet résout le problème et le tout est sur YouTube. On peut notamment y entendre des versions préhistoriques de ‘Hand In Glove’, ‘What Difference Does It Make?’ ou ‘Handsome Devil’ et un son crasseux tout droit tiré d’une bonne vieille cassette audio qui sent bon le pain perdu et le chocolat chaud un dimanche après-midi d’hiver. C’est bonheur. C’est cadeau.

La drogue, l’alcool, les bastons, les scandales à répétition… Ça n’existe plus dans le rock, ces affaires! Tout beau tout propre, rien à se reprocher, le rock. C’est bien connu, plus personne ne se drogue de nos jours, c’est complètement démodé. Heureusement, il reste les anciens pour garder la flamme et rappeler les valeurs du métier. Peter Murphy, leader de Bauhaus et roi des goths, s’est donc sacrifié pour remettre les choses en ordre. Il s’est fait arrêter par la police de Los Angeles pour délit de fuite après avoir percuté une voiture. En bonus, ces derniers ont trouvé sur lui un sachet de métamphétamines. « C’est pas à moi », qu’il aurait répondu, sans rire. Cette petite escapade nous offre surtout l’occasion de réécouter ce morceau de bravoure de l’âge gothique qu’est ‘Bela Lugosi’s Dead’. Et revenir à l’essentiel.

On reste dans les années froides. Le 16 octobre 1979, le long du canal à Bruxelles, l’ancienne raffinerie le Plan K accueille Joy Division (ainsi que William Burroughs! C’était comme qui dirait le bon plan du week-end, cette soirée!). C’est là qu’un groupe bruxellois, The Names, rencontre Rob Gretton, manager des Mancuniens. Une semaine plus tard, ils signent sur Factory Records. Quelques singles sortent, puis un album, « Swimming », produit par Martin Hannett, le producteur déjanté qui a peaufiné le son de Joy Division. Bon, et…? Juste pour dire que cet album est aujourd’hui réédité en CD et double LP. Et on vous dit ça parce que, m’sieurs dames, c’est partie de la glorieuse Histoire de notre fière patrie, cette affaire!


La curiosité du jour. Il est question d’un circuit fermé, de synthé, de légumes et de Massive Attack. Comprends pas. La science, c’est mystique…

Saletés de Nazis! Comment osent-ils? Alors que les Dropkick Murphys, en bon Irlandais qu’ils sont (de Boston, certes, mais Irlandais!), fêtaient comme il se doit la Saint-Patrick au Terminal 5 de New York, c’est-à-dire en invitant le public sur scène pour une bonne reprise à l’ancienne d’AC/DC, un skinhead en a profité pour faire le salut d’Adolf, aux côtés du groupe, devant la foule, là, comme ça, sur scène. Ça a pas fait deux plis, le bassiste Ken Casey, voyant ça du coin de l’oeil, a arrêté tout net son jeu, balancé sa basse, et lui a collé deux gnons dans les gencives que l’autre s’en souviendra dès qu’il ouvrira la bouche pour zozoter. Après quoi, il a renvoyé le suppôt d’Adolf dans la fosse aux lions et la fête a continué. A l’Irlandaise. Du rock, de la bière, et pas d’emmerdeur!

Oubliez David Bowie, oubliez My Bloody Valentine! Le retour le plus inattendu, le plus inespéré et le plus miraculeux de la décennie, il arrive, il est là, maintenant, aujourd’hui! C’est celui des Spin Doctors! Les Spin Doctors? Les Spin Doctors! Ceux qui, comme Plastic Bertrand, ont fait carrière sur UN titre. Si, si, vous connaissez… Même vous, les jeunes kets qui n’ont pas encore de poils… Les Spin Doctors reviennent avec un nouvel album et c’est pas loin d’être sensationnel. Et vous savez ce qu’il y a d’encore plus incroyable dans cette histoire? C’est que les Spin Doctors n’ont en réalité jamais arrêté (sauf deux ans, entre 1999 et 2001)! Mais que fait Alex Stevens? Dour, de suite! (Mais si, vous connaissez les Spin Doctors!…)

On termine sur un dernier salut à Jason Molina, ancien meneur de Songs:Ohia, mort à 39 ans d’une défaillance d’organes dû à l’alcool. Rock & Roll, qu’ils disaient…

DIDIER ZACHARIE


commenter par facebook

9 commentaires

  1. Thomas

    25 mars 2013 à 17 h 14 min

    Vous être bien dur, Monsieur Zacharie, avec Morrissey. A ce stade c’est de l’acharnement.

  2. Didier Zacharie

    25 mars 2013 à 22 h 37 min

    Qui donc? Moi ou Morrissey? ;-)

  3. Dam

    26 mars 2013 à 12 h 57 min

    Les Spin Doctors, vieux groupe rock sur le retour, ancré dans la mémoire collective pour un seul titre… pour ces raisons, je les vois plutôt aux ardentes !

  4. rens

    26 mars 2013 à 18 h 52 min

    ces news inutiles me font de plus en plus rigoler! J’aime bien!

  5. alphi

    30 mars 2013 à 9 h 52 min

    Je suis tout à fait d’accord concernant l’analyse de Woodkit, et l’idée du buzz instrumentée.

    Toutefois, concernant la Pablo Cuckoo tape des Smiths, je tient à signaler qu’elle a tout d’abord été rendue disponible sur un site spécialisé sur les Smiths et les enregistrements haute qualité, à savoir Smiths Torrents: http://www.smithstorrents.co.uk/forum/viewtopic.php?t=4194

    Il est donc je trouve assez réducteur de dire “Aujourd’hui, internet résout le problème et le tout est sur YouTube”. Certes la presse à fait tout un buzz un parlant de youtube car c’est un média à la mode et que c’est Google derrière (et que Google est ‘une synthèse parfaite de ce que devrait être internet en 2013′ dixit Les Inrocks). Dommage, on aurai aussi aimer éviter l’écueil du buzz pour ce sujet. Deux poids deux mesure donc…

  6. chipie mademoiselle

    20 février 2014 à 2 h 50 min

    Ρoste carrément attrayant !!

  7. DéFonçAge De Trouduc

    12 mars 2014 à 10 h 47 min

    Jе sjis entièrement du même avis que vous

  8. http://heartbreakingqu81.webs.com

    12 mars 2014 à 19 h 27 min

    Vivement ѵotre prochain post

  9. frifri velu

    12 mars 2014 à 22 h 16 min

    Un magitral Ьravo à l’administrateur du site internet

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>