Patti Smith, tout un poème

BRUXELLES AB CONCERT PATTI SMITH  POUR LE SOIR  PHOTO DOMINIQUE DUCHESNESLa marraine du punk était à l’Ancienne Belgique lundi soir.

Quasi un an après son concert d’anthologie aux Ardentes à Liège, la chanteuse et poétesse Patti Smith était de retour et n’a eu aucun mal à remplir la salle du boulevard Anspach. Il n’a pas fallu dix minutes pour que les précieux sésames trouvent acquéreurs. Et pourtant, sa dernière actualité remonte au printemps dernier et à son (excellent, au demeurant) album Banga.

Patti Smith, comme Iggy Pop, reste ce qu’il convient d’appeler une légende. Ses prestations sont fiévreuses et enflammées et la chanteuse de 66 ans, en activité depuis quasi quatre décennies, capable d’être fougueuse ou plus douce en fonction de son répertoire. Ce répertoire, on s’en rendra compte au cours des deux bonnes heures de concert, n’a pas pris une ride et incarne le rock’n’roll seventies et urgent issu du mouvement punk.

C’est d’ailleurs par un morceau de 1976 que la dame ouvre les festivités, accueillie sur scène et applaudie dans une ferveur quasi mystique.

« Ask the angels », emprunté à Radio Ethiopia, donne le ton. Et Patti, très vite et elle le répétera de nombreuses fois au cours de la soirée, se dit ravie d’être de retour à Bruxelles. N’hésite pas à prendre le spectateur à partie ou à répondre du tac-au-tac lorsque quelqu’un lui pose une question. L’occasion pour la muse du photographe Robert Mapplethrope de reprendre son souffle pendant les morceaux. Et c’est vrai qu’à quelques occasions, on l’a trouvée fatiguée. Reste que quand le groupe déroule, il soutient parfaitement sa charismatique chanteuse qui sait aussi se donner à 110 %. Le fidèle guitariste Lenny Kaye, capable comme les plus grands (Tom Verlaine, Thurston Moore, Nils Cline de Wilco…), d’éclairs de génie, était une fois de plus bien inspiré.

Patti Smith se fera plaisir en revisitant le « Summertime Blues » d’Eddie Cochran, qu’elle appelait Cockroach (cafard, NDLR) dans sa jeunesse, le « Because the night » coécrit avec Bruce Springsteen ou même le classique de Them « Gloria ». Généreuse, et parfois inégale sur la longueur, son « Rock’n’roll nigger » (de l’album Easter), en ultime salve, mettra tout le monde d’accord.

PHILIPPE MANCHE




commenter par facebook

12 commentaires

  1. Patti

    25 juin 2013 à 22 h 52 min

    Version complète de Gloria de ce lundi 24 juin 2013 à l’AB : http://www.youtube.com/watch?v=BDITZxp4eQQ

  2. LeQ62

    26 juin 2013 à 11 h 29 min

    Un seul regret: le public un peu mou (pas pire qu’à la Rockhal l’an passé, n’exagérons rien). Age avancé ou expression d’un trop grand respect ?

  3. Red

    26 juin 2013 à 12 h 02 min

    LeQ62: le public belge est de + en + mou!! Encore plus particulièrement celui de l’AB (dans lequel on retrouve de + en + de gens venus juste pour dire d’y avoir été, et qui tapent la discute pendant 2h au lieu d’écouter l’artiste pour lequel ils ont payé leur place). C’est triste.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>