La Femme, ça te prend la tête

FEMMEEt les jambes aussi, pour le même prix ! Les Français jouaient en fin d’après-midi au HF6. Quasi un vrai pari, vu l’heure, le public supposé plus « familial » du festival, les deux jours déjà écoulés et leur statut pas vraiment de têtes d’affiche. Fariboles que tout cela : leur surf pop a dézingué plus d’un genou.

Avant toute chose, ne passez pas à côté de Psycho Tropical Berlin, leur album sorti début avril sur l’excellent label Born Bad (et niché sous une belle pochette, entre parenthèses). Vous y découvrirez, le cas échéant, ce qu’est cette surf pop. En clair, une décoction de surf music, de synthés 80’s et d’énergie punk (copyright : Didier Zacharie, mais je plussoie). Imaginez le générique de Visa pour le monde joué par les Cramps… Ou des yéyés qui auraient aimé le noir pour sortir le soir. L’une de leurs inspirations vient de ce qu’on appelait en France la cold wave. Retravaillée pour l’occasion à coups d’images fifties, un peu voyoutes sur les bords…

« Et maintenant, La Femme vous donne du plaisir ». Comme entrée en matière (le concert a commencé depuis 5 minutes à peine), voilà qui n’est pas mensonger. La rythmique (où les toms sont accompagnés par ces mêmes synthés) est quasi tribale, le genre de truc qui se branche directement sur le genou de l’auditeur (droit ou gauche, le genou, tout dépend du pied d’appui) et lui imprime un irrépressible va-et-vient.

La Femme est retorse. Cinquante minutes durant, c’est le même tempo frénétique qui anime ce grand hangar où l’on en repère certains qui n’en peuvent tellement plus qu’ils vont danser tout devant. Totalement contagieux, et tellement simple en même temps, quand on considère que les claviers sont souvent basiques.

« On n’aime pas les taxis, alors on a fait une chanson sur les taxis. » Qui s’intitule « Antitaxi ». Ce tempo frénétique se calme… juste une fois, le temps du « Blues de Françoise ». « La planche » et sa guitare un peu creepy wild west redonne le tempo. Et voilà comment La Femme s’incruste dans la tête.

Didier Stiers

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>