« Supersoaker » : le dernier single des Kings of Leon

Kings of Leon_0.jpegAprès un récent passage à Werchter, le quatuor des Kings of Leon débarque à nouveau sur les ondes avec le son entraînant de « Supersoaker », premier extrait de leur nouvel album « Mechanical Bull » à découvrir dans les bacs dès septembre.

Rauque, énergique, rock’n’roll et détonant, « Supersoaker » s’inscrit dans la veine d’un « Use Somebody » ou d’un « Sex on Fire ». Un comeback synonyme de retour aux sources pour le groupe originaire de Nashville. « Je pensais qu’on allait créer un album mature, mais je suis étonné de voir combien il sonne jeune. C’est un mélange entre “Youth and Young Manhood” (premier opus, paru en 2003, ndlr) et “Because of the Times” (troisième album et premier intégralement écrit par la formation au complet, paru en 2007, ndlr) », déclarait le bassiste Jared Followill dans les colonnes du magazine NME  il y a quelques semaines.
Gagnant de trois Grammy Awards, le groupe  n’oublie pas la ville qui l’a vu naitre en 1999. C’est ainsi à Nashville, lieu de prolifération de l’industrie musicale aux États-Unis, que les quatre frères (et cousin) ont enregistré leur sixième tome. Accompagné d’Angelo Petraglia, leur producteur et collaborateur depuis 2007, les Kings of Leon offrent à leur public un premier single prometteur.

Un taureau mécanique
Cette annonce sonne comme un soulagement pour leurs fans. Entre un chant machinal, des riffs automatiques et une présence glaciale, les Followill livraient l’an passé au BBK Live à Bilboa un concert mémorablement désastreux. « Mechanical Bull » pourrait être l’occasion pour ses auteurs de rappeler leur talent, à condition que « leur taureau » laisse de côté son penchant « mécanique ».
Le guitariste Matthew Followill confiait à NME : « La pression était vraiment loin de nous sur ce dernier (album). Nous étions nos propres patrons. Il n’y avait pas de factures à payer parce que nous avions acheté le studio, il n’y avait pas de délai à respecter. Avoir la possibilité de faire une pause, ça nous a permis de retomber amoureux ce qui nous a plu en premier lieu, prendre nos instruments, en jouer en souriant sur scène et nous amuser, et ne pas avoir l’impression d’être au travail. »
« Come Around Sundown », paru en 2010 et vendu à près de 729.000 exemplaires, fait aujourd’hui place à un album qualifié par les rockeurs de diamant de « très élaboré ». « Mechanical Bull » et son premier signe inaugurent la promesse d’une renaissance. Malgré les nombreux signes de sa déliquescence , il y a peu, le groupe semble confiant, et nous aussi.

Tiou NGUYEN
LIRE AUSSI
http://blog.lesoir.be/frontstage/2012/10/19/kings-of-leon-promettent-un-nouvel-album-pour-2013/


commenter par facebook

1 commentaire

répondre

Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>