The Soft Moon: Robert & Mary Chain

soft moon

L’air de rien, ce troisième jour du Pukkelpop est bien alléchant. En attendant les pointures Foals, Franz Ferdinand, The XX et The Knife, arrêt au Castello où The Soft Moon a ramené la nuit dans la journée.

18 heures sur la plaine de Kiewit et il fait chaud, très chaud. Mais sous la tente Castello, c’est l’enfer. Dans tous les sens du termes. The Soft Moon, ça rigole pas. Noir, froid, radical. Une violence latente qui émane de cette basse monolithique qui sonne comme si elle avait été enregistrée en 1982.

Pour résumer The Soft Moon, il faut s’imaginer un axe Cure, Jesus & Mary Chain, Front 242, K-Branding. Radical. Froid. Malsain. Voilà, comme si Robert Smith était tombé dans la folie après « Pornography » et avait poursuivi sur cette route.

On sort du chapiteau, le soleil se couche…

Didier Zacharie

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>