Les news inutiles #33: Daft Punk rend vie à l’industrie du disque

daft
Préc.1 of 3Suiv.

Quoi d’inutile cette semaine? Certes, Daft Punk relance le marché du disque, mais surtout, on remet de la poésie dans les chamières! Grâce à Josh Homme qui dit ce qu’il pense de Jay-Z, grâce à The Feeling Of Love, grâce à David Bowie et sa douce naïveté d’éternel jeune,… et grâce à Snoopy et (qui d’autre?) Morrissey.

Terre! Terre! Mère-patrie, nous sommes sauvés, par tous les saints, je vois la terre! Le marché du disque retrouve vie en ce deuxième trimestre 2013 avec une augmentation de 22,7% des ventes par rapport au deuxième trimestre 2012, et je vous le donne en mille, c’est aux robots qu’on le doit!

Miiiiiin oui, qui d’autre? Le Syndicat français de l’édition phonographique (Snep) a donné ses premiers chiffres de l’année. En gros: progression de 6,1% du chiffre d’affaires de la musique enregistrée au premier semestre 2013 avec un deuxième trimestre exceptionnel. Oui, môssieur, exceptionnel! Et au deuxième trimestre, devinez qui est sorti du bois? Eux-mêmes! Sorti le 20 mai, « Random Access Memories » de Daft Punk s’est vendu à 500.000 exemplaires en France et a battu le record des ventes numériques avec 150.000 téléchargements payants.

Oh, on la joue profile bas: «On ne peut pas résumer la croissance du premier semestre aux Daft Punk, mais un album peut créer une dynamique, redonner envie aux gens d’aller dans les magasins ou de s’abonner à un service de streaming», avance Stéphane Le Tavernier, président du Snep et patron pour la France de… Sony Music, à savoir l’écurie des robots. Parlant de dynamique, derrière « RAM », les horreurs se vendent aussi (« Génération Goldman », ce genre d’affaires… Car la France reste la France, camarade!).

Quoiqu’il en soit, si le disque reprend des couleurs, le streaming a du mal à décoller en France. «Il y a un vrai problème de monétisation sur lequel on doit travailler avec les plates-formes», comme Deezer et Spo­tify, explique Guillaume Leblanc, directeur général du Snep. Mais l’homme est confiant, la concurrence qui arrive (Google, Microsoft et la future radio iTunes) va dynamiser le secteur.

‘fin, tout ça, ça reste relatif, hein. On apprend aujourd’hui qu’il n’y plus de disquaire à Quiévrain. On n’est pas sorti de la crise, j’vous dis!

Bon, sinon, du chiffre: en quatre mois, « RAM » s’est vendu à 2,7 millions d’exemplaires dans le monde, dont 700.000 aux Etats-Unis. Pas rien! Eh ben, figurez-vous que si on compare avec les superstars à la grande époque pas si éloignée quand internet existait déjà, c’est peanuts! Eminem? Entre 18 et 30 millions d’exemplaires entre 2000 et 2004. Justin Timberlake? 10 millions de son « Future Sex/Love Sounds » de 2006. Nirvana? 30 millions de « Nevermind »… Mais bon, ça c’était avant. Non, tout de même, Daft Punk joue dans la cour des Kanye West et Jay-Z, ce qui en dit long. Surtout, c’est vraiment du n’importe quoi, tout ça…

Mais puisqu’on parle de Madonna (Ah, on n’en parlait pas? C’est qu’il n’y avait rien à en dire…), elle a avoué qu’elle « adorerait travailler avec Daft Punk » (Ben tiens!), mais qu’elle « attend juste qu’ils me rappellent »… Ouh le vent! Cassée, la grand-mère!… Ouch, c’est dur à encaisser, ça…

Une dernière tout de même, « RAM » est la plus grosse vente vinyle jamais enregistrée par Amazon qui vient de publier une infographie de qui, quoi, combien en format vinyle. Et là, chose intéressante, entre Pink Floyd, Radiohead et David Bowie, parmi les meilleures ventes vinyle sur Amazon depuis la création en 1999 du site: le folkeux Micah P. Hinson! Qui? Oui, ça fait vraiment du bien, un peu de douceur…

AmazonVinylInfographicsHigh

Préc.1 of 3Suiv.
Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

5 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>