Les news inutiles #37: Lou Reed en X chansons

lou

L’autre grosse affaire de la semaine, c’était donc la sortie des Inrocks en kiosque. Hein? Où, plus précisément, l’entretien par JD Beauvalet de Bertrand Cantat, l’homme qui nous a fait découvrir la Lituanie, après dix ans de silence. Voilà, « Cantat parle ». Et de quoi donc? Extraits choisis:

«Je ne suis pas dans le déni de ce qui s’est passé, je sais que j’ai commis l’irréparable (…) Je n’ai jamais fui ma responsabilité. Sauf peut-être en cherchant à mourir».

« Mais très vite, l’extérieur se chargeait de m’anéantir, alors j’étais cassé pour trois mois. J’ai avancé comme ça pendant dix ans, en avançant puis en retombant. Tous les efforts déployés par un certain nombre de gens et de médias pour me -et nous- détruire ont été diablement efficaces, que personne ne croie le contraire, surtout ».

« J’ai su très vite que je ne pourrais pas expliquer mes remords, ma souffrance, ma sensibilité, ça ne marchait pas dans cette histoire »

« Et le jour était pire que la nuit. Il n’y avait plus aucune limite dans ce cauchemar. »

cantat_les_inrocks

Bref, ça parle pas énormément de musique… Par contre, ça a pas manqué de faire parler. Ainsi, Le Nouvel Observateur qui s’est attaché les services d’une sémiologue pour analyser à la virgule prêt le langage de l’interview et ce qu’il ressort de l’ « usage particulier de la temporalité, une mise en scène qui tisse une confrontation temps passé versus temps présent », de « l’accentuation du verbe “savoir”, preuve du changement », de la « reformulation », de « l’usage du ‘mais’ » et de… de… de… (la sémiologie! Épuisante activité!). Conclusion de tout cela: « Une mise en scène pathétique », « un plaidoyer pour la réhabilitation », « un petit côté ‘théorie du complot’ », « et un parti-pris évident de la part des Inrocks ». Et hop! C’est reparti pour un tour!

Et la musique, là-dedans? Ah, non, la musique, y a pas. Et c’est peut-être un peu le problème de ce « Cantat parle » aux Inrocks qui nous donne un peu le sentiment d’avoir acheté un Paris-Match titré: « Ma vérité ».

noir-desir-cantat

Sans vouloir jouer les Dr House de la sémantique, on dira juste que cette interview, on était un peu mal à l’aise en la lisant. Pour quelques raisons (dont celle précitée):

- Sur huit pages d’interview (cinq sans les photos), on dénombre cinq questions au sujet du nouvel album…
- … Mais en soi, le nouvel album ne sort que dans près d’un mois, c’était donc pas le sujet de l’entretien obtenu par ce magazine culturel que reste Les Inrockuptibles.
- De Vilnius à aujourd’hui, Cantat retrace les dix dernières années dans les détails, telles qu’il les a vécues… Comme l’annonçait le teaser: « Pour la première, et la dernière fois sans doute, Bertrand Cantat s’est exprimé, lors d’un entretien de trois heures. Sur Vilnius, l’amour fou, la mort de Marie Trintignant, sa culpabilité de tous les instants, ses remords éternels, le suicide de Krisztina Rády ou, aussi dérisoire soit-elle au regard du désastre, la fin de Noir Désir. Grave et concentré, Bertrand Cantat ne s’est jamais défilé ». Franchement, on n’en demandait pas tant.

Et on a un peu de mal à comprendre le pourquoi de tout ce déballage. Parce que la chanson du retour improbable, ce ‘Droit dans le soleil’, était tout de même suffisamment explicite et avait, surtout, une humilité, un profil bas, un ton juste et vrai qui en font une des chansons les plus touchantes entendues depuis des années. On pensait enfin en avoir fini avec les faits divers et les jugements de la personne. Or, cet entretien n’a fait que ramener à une polémique people qui nous broute depuis des lustres car elle occulte le seul truc qu’il aurait fallu mettre en lumière: cette chanson et ce retour musical pour le moins miraculeux, l’âme du poète plutôt que celle du condamné. Encore raté!

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

7 commentaires

  1. milan

    28 octobre 2013 à 23 h 26 min

    je vous conseille d’écouter la chanson de gorillaz “some kind of nature” avec la participation de lou reed. Probablement, la meilleure dernière apparition.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>