Tapis rouge pour Vanessa Paradis au Cirque royal

BRUXELLES. CIRQUE ROYAL. VANESSA PARADIS EN CONCERT. PHOTO : RENE BRENY

Après le Forum de Liège, Vanessa Paradis a fait corps avec le Cirque Royal ce dimanche, où Benjamin Biolay l’a rejointe. Les photos du concert.

Le propre des grands artistes n’est-il pas aussi de savoir s’entourer? On peut appeler cela le talent ou l’intuition, force est de constater que Vanessa Paradis a le chic de trouver des partenaires de jeu aussi brillants qu’inspirés. Idem pour les tournées. Il suffit de se référer aux deux dernières, l’une avec Matthieu Chédid et l’autre, pour une relecture plus intimiste avec Albin de la Simone.

Quelques mois après la sortie de son double album Love Songs, majoritairement écrit par un autre surdoué: Benjamin Biolay. Qui plus est accompagne la toujours aussi populaire chanteuse et comédienne française sur scène. Ce fut le cas samedi soir au Forum à Liège et dimanche, au Cirque royal à Bruxelles. Il est 21 heures et des poussières lorsque les cinq musiciens prennent possession de la scène. Benjamin Biolay fait partie prenante derrière les claviers qu’il quittera juste pour duétiser avec la belle le temps d’un «Profite» en premier rappel. Pour le reste, et omniprésent, Biolay s’illustrera à la guitare, au violon et même au trombone. N’en jetez plus!

Les nonante minutes de concert démarrent avec un enlevé «Les espaces et les sentiments», un très beau texte de François Villevieille. Vanessa est à l’aise dès qu’elle pose les pieds sur la scène. Elle se dodeline, lève les bras, parle peu, se concentre sur ses textes et déroule le tapis rouge. «Joe le taxi», «Tandem» (Gainsbourg), le rutilant «Sunday mondays» (période Lenny Kravitz) sont chaudement accueillis par un public acquis à la cause. Son groupe assure. Appliqué et serein.

Visuellement, le spectacle est du plus bel effet. Jouant sur les ombres, dans des teintes tamisées orangées et bleutées, la mise en scène est aussi classe que soignée et léchée. Pendus au plafond des projecteurs descendent sur des espèces de ressorts et accentuent la proximité avec Vanessa et son public. Lors des rappels, la vedette de la soirée et son groupe vont monter en puissance le temps d’un «Marylin & John» ou d’un «Divine Idylle» fédérateur. C’est ce qu’on appelle une valeur sûre. Au sens noble du terme.

PHILIPPE MANCHE


Photos René Breny


commenter par facebook

5 commentaires

  1. BRENEZ Alain

    4 novembre 2013 à 16 h 57 min

    Le rappel avec Biolay, ce n’était pas ‘Profite’ mais ‘Les roses roses’ sur le 2ème CD du dernier album de Vanessa. ‘Profite’ c’est sur l’album de Biolay.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>