Dylan retrouve sa voix

Bob-Dylan-005

Bob Dylan, deux ans après son concert en double affiche avec Mark Knopfler au Sportpaleis, a retrouvé dimanche Forest National qu’il connaît bien, pour un set de près de deux heures autrement plus convaincant.

On s’attend toujours à tout avec le Zim’. Son concert anversois nous avait laissé un goût de trop peu et on attendait finalement beaucoup du millésime 2013 de son Never Ending Tour, suite à la parution l’an dernier d’un réel chef-d’oeuvre, l’album Tempest. Et on n’a pas été déçu. D’abord, Robert a retrouvé sa voix. Le son est parfait et Dylan a enfin décidé de chanter clairement, sans marmonner ou manger ses mots comme par le passé. Interprétant six titres de Tempest, le chanteur tient enfin à se montrer généreux en nous permettant de bien comprendre les histoires qu’il nous raconte.

Alors, bien sûr, il y a toujours chez l’homme ses petites habitudes qui ont forgé sa légende. On ne s’étonne même plus qu’il délaisse la guitare (apparemment pour des problèmes de dos) au profit du piano debout ou de l’harmonica. On ne relève même plus son mutisme, visage fermé, se contentant d’aligner les chansons. Seul un bref regard à tel ou tel de ses musiciens rythme les breaks ou fins de morceaux. On a beau être au quatrième rang et guetter la moindre expression sur son visage, on n’a jamais vu quelqu’un d’aussi peu communicatif. Rien ne perce au travers de sa carapace, sinon de temps en temps un petit sourire ou une petite pose, jambes écartées.

On n’en revient d’ailleurs pas quand, au bout de 50 minutes parfaites, il lance en français “merci les amis” avant d’annoncer un break de 20 minutes suivi par une deuxième heure sans un mot: ni pour remercier, ni pour présenter ses musiciens, ni pour dire au revoir.

Dylan nous a offert quelques grands moments en dehors des perles de Tempest, comme “Things Have Changed ” en ouverture, “Tangled Up in Blue”, “Love Sick”, “Spirit On the Water” et, en rappel, “All Along the Watchtower” et “Blowing in the Wind” sans cesse transformés. Si on a passé un si bon moment dans ce Forest National pas rempli mais bien garni, c’est aussi parce qu’au-delà de cette voix retrouvée, on a pris plaisir à entendre ce groupe soudé (avec Charlie Sexton qui a repris sa place après l’éviction au printemps de Duke Robillard). Toujours aussi élégant (il se change à l’entracte), sans chapeau cette fois, Bob Dylan, à 72 ans, tient la forme et n’est en tout cas pas près de raccrocher.

THIERRY COLJON

PROGRAMME
Voici les titres interprétés à Forest National dimanche soir:

Things Have Changed
She Belongs to Me
Beyond Here Lies Nothin’
What Good Am I?
Duquesne Whistle
Waiting for You
Pay in Blood
Tangled Up in Blue
Love Sick
High Water (For Charley Patton)
Simple Twist of Fate
Early Roman Kings
Forgetful Heart
Spirit on the Water
Scarlet Town
Soon after Midnight
Long and Wasted Years
All Along the Watchtower
Blowin’ in the Wind


commenter par facebook

12 commentaires

  1. andré michaud

    11 novembre 2013 à 15 h 56 min

    Je suis un grand fan de Dylan depuis 1965. . Mais je trouve qu’il ne chantait plus bien depuis 2005.

    Cette année il revient avec un chant plus focusé et moins brouillon. Je redécouvre Dylan le chanteur inspiré et tous ces personnages dans sa voix…

    Je détestais les solo de guitare de Dylan, et je préfère son jeu de piano minimaliste de maintenant.

    Encore une fois, tel Phoenix, quand on le croit mort Dylan ressuscite!!

  2. borowiak

    11 novembre 2013 à 16 h 53 min

    Alors là, nous n’avons pas été au même concert, parce que le notre, c’était à ch …. LAMENTABLE ! Une voix cassée d’outre-tombe, incompréhensible, un type pas fichu de communiquer avec son public ( qui a pourtant payé bien cher ses places !), qui ne joue même pas ses morceaux les plus connus (oui, on est là aussi pour ça), un entracte (j’hallucine !!), bref, une impression de foutage de gueule – nos 3 ados, pour qui c’est une idole vivante, ont été affreusement déçus. L’un m’a dit : “je regrette de l’avoir vu, le mythe est cassé”, l’autre “je voulais accrocher le ticket de concert sur le mur de ma chambre, je vais le jeter à la poubelle” – mêmes avis de 2 autres personnes qui étaient au concert … Légende ou pas, soyez objectif dans vos critiques, c’était nul, et ça me fait mal au coeur de le dire, merde c’est Dylan quand même !

  3. Marc

    11 novembre 2013 à 18 h 23 min

    C’était la première fois que je le voyais en concert. Je savais qu’il ne fallait pas trop en attendre mais j’ai un avis bien plus mitigé.

    Les splendides textes sont presque grognés http://mescritiques.be/spip.php?article1725

  4. marc

    11 novembre 2013 à 18 h 51 min

    C’était la première fois que je le voyais en concert et j’ai un avis bien plus mitigé. Les splendides textes sont complètement inintelligibles.

    http://mescritiques.be/spip.php?article1725

  5. Bernard Crutzen

    11 novembre 2013 à 19 h 01 min

    Vous aviez de la chance d’être au 4ème rand, Mr Coljon, parce qu’au delà du 15ème, depuis les gradins ou les tribunes (à 85 euros le strapontin !) Dylan était invisible. Cela vous a peut-être échappé, mais l’éclairage était tamisé comme s’il chantait au Sounds à Ixelles, et le spot qui devait éclairer le visage de la star est resté éteint toute la soirée. Pas de poursuite, ni de gros plan sur écran géant. S’il voulait se la jouer intimiste, il s’est trompé de salle. Pour ce que j’en ai vu, aux jumelles, il semblait fatigué de son public, des feux de la rampe, de faire semblant d’y croire. Il s’est montré chiche d’un bout à l’autre. Rien à voir avec la générosité d’un autre papy vu à Wechter cet été. Alors si ça l’emmerde de gagner autant d’argent en donnant si peu, qu’il prenne vite sa retraite. Je pourrai ainsi regretter une légende, pas un vieillard.

  6. Jean-Christophe

    12 novembre 2013 à 9 h 57 min

    Que d’esprits chagrins!…Un son excellent, un set émouvant.
    C’est la 3è fois que je le vois, la meilleure et c’était le concert de l’année!
    Il fait encore ce qu’il veut et tant pis pour les grognons qui veulent du cinéma et de l’esbrouffe.
    Merci pour cette musique et ces textes, tout simplement

  7. aphex

    12 novembre 2013 à 10 h 03 min

    et bien je partage les diverses réactions ici : je ne sais pas comment était sa voix au sportpaleis, mais ici ce n’était franchement pas folichon.
    Mais surtout, comme dit ci-dessus : il se montre fort peu respectueux de son public : pas d’éclairage, pas d’écran pour qu’on puisse le voir, pas de dialogue. Ok, on n’est pas là pour taper la causette, mais un peu de chaleur humaine que diable…
    Reste que, ignorant de son répertoire, j’ai découvert quelques jolis morceaux, joués par un groupe à la hauteur.
    Oui, un très bon groupe… mais il devrait changer de chanteur…

  8. angel77

    12 novembre 2013 à 21 h 51 min

    Bonsoir,
    Cadeau d’anniversaire d’un ami qui visiblement me connait bien, 2 places pour voir Dylan ont entraîné chez moi un enthousiasme fou depuis quelques mois, d’autant plus que j’avais planifié d’y assister avec un autre ami, plus âgé, qui m’avait fait découvrir BOB il y a de ça 16 ans…
    Après avoir vécu l’évènement, nous sommes tombés d’accord sur notre ressenti, et celui-ci est parfaitement résumé par le commentaire de Borowiak sur ce forum…
    Début à 20 heures pile quand 1/4 des spectateurs devait encore s’installer; une voix lamentable, inintelligible (et je vous promets que mon anglais est de très bon niveau et que je connais une grande partie de ses textes…); erreurs de rythme lorsqu’il se mettait au piano; communication et émotion, à peu près zéro; répertoire trop récent et les standards tellements retravaillés que c’était parfois difficile de les reconnaître; prix exorbitant pour ce moment (..et dans mon cas il s’agissait d’un cadeau!); pas de salutation finale ni écran géant….
    Quand je pense que pour 10 euros de plus j’ai assisté il y a quelques mois à Werchter aux concerts de Blondie (!), Ben Harper&Charlie Musselwhite(!), Santana (!), Keane(!) et …..THE BOSS en personne (une tuerie ce mec!) et tou ça le même jour, je ne peux que hurler au scandale pour ce concert de Bob Dylan.
    Respect pour sa carrière et son oeuvre néanmoins…

  9. Jean-Christophe

    14 novembre 2013 à 15 h 52 min

    Dylan a une manière d’être qui est bien connue,il est ainsi, beaucoup prennent leurs désirs pour des réalités,cela me fait penser à ceux qui l’ont démoli dans les années 60 quand il s’est mis à l’électrique et à des chansons non engagées politiquement. Sois ce que je voudrais que tu sois et pas ce que tu es…
    Pour le son, bien mieux qu’à l’accoutumée, on connait la piètre qualité de frorest national en la matière…
    Alors, pourquoi s’échiner à aller voir Bob Dylan, à Forest National en prime…

répondre

Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>