Les news inutiles #39: spéciale esprits libres

Nietzsche

Frank Zappa & Captain Beefheart
Les parrains.

article_158_beefheart_zappa

Zappa et Beefheart, ce sont les frères ennemis dont le destin est lié, bien malgré eux. Le premier est un peu le roi des freaks. Les pieds bien ancrés dans la société, Frank Zappa n’en a pas moins la tête dans l’ailleurs. Il se sent un peu à l’étroit dans le cadre rock tel qu’il est défini dans les 60′s. Lui, ce qu’il imagine, c’est une copulation permanente entre rock, psyché, jazz, musique contemporaine, tradition surréaliste voire dadaïste et autres influences bienvenues.

Au milieu des années 60, il est soupçonné de faire des films porno dans ses studios Z et se fait gauler (enfin… façon de parler!) dans un minable traquenard fomenté par la police qui lui avait demandé, undercover, de leur concocter un enregistrement audio « suggestif » pour 100 dollars. Ce qu’on ferait pas pour 100 malheureux dollars… Fiché pour « conspiration afin de commettre de la pornographie », Zappa est condamné à six mois de prison (il fera dix jours avant que la sentence soit commutée). Suite à quoi, le moustachu forme les Mothers Of Invention, crée son propre label Straight (le contraire de « défoncé », oui…), si bien que plus personne n’allait plus l’emmerder de sitôt! (… à part Captain Beefheart…)

Discographie sélective. Chez Zappa, il y a à boire, à manger, et aussi pas mal à régurgiter tellement c’est bien barré, faut bien avouer. Les disques favoriser: « Freak Out!» (1966), « Hot Rats » (1969).

NB. Lecteur, reconnaîtras-tu la ligne de basse que dEUS a samplé sur « WCS »?

Si Zappa est la lumière (psychédélique), Captain Beefheart, lui, est son ombre. Et il le sent, le Captain, et ça le broute. En fait, y a tout qui le broute! Incompris qu’il est, le Captain! Bourru, l’aime pas les gens, critiqué de partout, ras la fouffe, le Captain! C’est alors qu’il débarque, bien malgré lui, mais a-t-il le choix?, sur Straight Records. Et qui pensez-vous va lui produire son album, en plus de payer les factures? Le grand frère Zappa. Parlez d’un coup de couteau dans le dos! Pire! Zappa laisse faire. « Amuses-toi », qu’il lui dit, « fais comme tu le sens! ». Or, Don Van Vliet, de son vrai nom, est un génie. Si, si, c’est aujourd’hui reconnu. Libre comme l’air, il revient 4h30 plus tard (oui, quatre heures et trente minutes) avec « Trout Mask Replica », double album de « Dachau Blues » en descente d’acide. Si Zappa aime laisser de l’espace dans sa musique, le Captain, lui, réduit tout, ressert les rangs, tend le blues, le tord, le bouscule, et l’achève d’un de ses fameux coups de boule! Et puis, Beefheart, c’est aussi et surtout une voix. Et quelle voix!

ça durera un temps comme ça, puis ce sera la rupture, jusqu’à ce que le Captain, une fois de plus, revienne chez le frère ennemi, sans un sou, obligé de faire les choristes de luxe. S’en suivra une renaissance au début des 70′s. Et puis, surtout, comme le dira bien plus tard un vieux briscard des Mothers Of Invention, un sourire en coin, dans un documentaire dédié au Captain: « Frank’s good, but Beefheart’s the real thing! Si tu veux de l’avant-garde, man, tu ne trouveras personne qui soit plus avant-garde que Captain Beefheart!»

Discographie sélective: « Trout Mask Replica » (1969) (à écouter d’une traite comme une seule plage), « The Spotlight Kid » (1972) (pour entrer plus aisément dans le monde merveilleux du Captain).

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

3 commentaires

  1. NOM

    25 novembre 2013 à 13 h 45 min

    Crève Salope est consacrée à Patrick Eudeline et non à Clode Panik (Eric Débris dixit dans la bio du groupe). Aussi non, ça doit bien être la première fois que Le Soir parle de MU…

  2. Didier Zacharie

    25 novembre 2013 à 20 h 21 min

    @NOM: Tiens… Je tiens pourtant ça d’une interview du même Débris dans R&F à l’époque de la reformation… Bizarre.

répondre

Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>