Les news inutiles #39: spéciale esprits libres

Nietzsche


Amon Düül II

Les cousins germains.

121dc50d40e84ed6369695a4177434b41716b42

Pendant ce temps, en Germanie de l’Ouest, les choses se détendent. La génération d’après-guerre prend tout doucement les choses en mains et c’est un peu plus relax que vingt ans auparavant. Amon Düül est une communauté installée à Munich tendance arty gauchiste issu des mouvements étudiants européens de la fin des années 60 (y a pas qu’à Paris qu’ils ont foutu le souk!). On y vit dans la liberté le plus totale, la création et la résistance politique, mais attention, jamais d’alcool (« ce grand intoxicant social »)! Par contre, dès que c’est la saison, tout le monde part à la cueillette des champignons du terroir! Ah, on y joue de la musique aussi, de temps à autre. Jusqu’au jour où le dénommé Chris Karrer, vrai musicien, en a marre de tergiverser et décide de passer la 3ème. Suivra donc une scission amicale entre Amon Düül I et Amon Düül II, qui nous occupe.

Les rangs resserrés, Amon Düül II enregistre quelques disques d’un psychédélisme à tendance, certes assez classique (lire « américain/San Francisco »), mais aussi bien plus… Ach, lâchons le mot, rigoureux! (O Germania!) Si bien qu’après le merveilleusement nommé « Phallus Dei » (« La bite des dieux », oui), « Yeti », double album sorti en 1970, est un colosse qui retournera la tête de toute la jeunesse européenne et, avec le « Monster Movie » de Can, tracera l’autobahn sur laquelle le krautrock roulera la décennie à venir. Et par la même, toute le musique qui compte aujourd’hui (mais c’est une autre histoire).

Revenons à nos Amon. Un petit matin, rentrant de tournée à la commune, Karrer et sa clique se retrouvent à la table du petit dej’ en compagnie d’ Andreas Baader et de sa copine Gudrun Esslin, les deux leaders de la Fraction Armée Rouge (la « bande à Baader »), recherchés pour terrorisme durant ces années de plomb. Réaction des musicos hippies? « Mais ça va pas, non? On dégage! Du balais, les gauchos gercés du gland! FOUTEZ-MOI LE CAMP!»

Discographie sélective: « Phallus Dei » (1969), « Yeti » (1970). Amon Düül, enfin, quelques survivants du I et II, est toujours en activité aujourd’hui. Si, si.

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

3 commentaires

  1. NOM

    25 novembre 2013 à 13 h 45 min

    Crève Salope est consacrée à Patrick Eudeline et non à Clode Panik (Eric Débris dixit dans la bio du groupe). Aussi non, ça doit bien être la première fois que Le Soir parle de MU…

  2. Didier Zacharie

    25 novembre 2013 à 20 h 21 min

    @NOM: Tiens… Je tiens pourtant ça d’une interview du même Débris dans R&F à l’époque de la reformation… Bizarre.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>