Hooverphonic très en voix, à Louvain

Hooverphonic.  Photo Le Soir (Mathieu Golinvaux)

Hooverphonic a lancé, dimanche au Depot de Louvain, sa nouvelle tournée, moins d’un an après la précédente. Deux choristes remplacent cordes, synthés et cuivres. Une sobriété à retrouver le 4 avril au Cirque royal.

Avant les festivals d’été (comme les Francofolies de Spa), Noémie, Alex et Raymond emmènent leur embarcation dans les théâtres du pays et d’ailleurs. Une embarcation allégée. Fini les cordes, Hooverphonic revient en petite formation même si deux choristes-guitaristes viennent remplacer les grands effets.

Après avoir enregistré leur nouvel album Reflection chez l’habitant, Hooverphonic garde le cap de la simplicité, avec un décor de meubles vintage (et vinyles) chaleureux, comme chez soi, au centre duquel Noémie évolue très à son aise. Cheveux courts et salopette, la jeune chanteuse n’en est pas moins gracieuse et féminine.

La première demi-heure du concert est dévolue aux nouveaux titres devant un public très calme qu’Alex réveillera et amusera en parlant beaucoup (au point que Noémie lui demandera de se taire à deux reprises). “Mad About You” et “Jackie Cane” ne sont pas oubliés mais bien “Erased”, le plus émouvant des nouveaux titres qu’Alex devra penser à ajouter au répertoire s’il ne veut pas que les pétitions pleuvent.

“Amalfi”, le dernier tube en date, clôt une première heure avant les rappels qu’ouvre Noémie par “The Night Before” pour l’anniversaire de son père. “Sometimes” (avec les voix en guise d’artillerie lourde), “This Strange Effect” et “You Hurt Me” précèdent un “Clouds” final. Hooverphonic tient ici à retrouver une certaine humanité, une sobriété reposant davantage sur les voix, dont celle très en forme de Noémie, que sur les effets grandiloquents. La petite touche psychédélique seventies est, elle, assurée, avec beaucoup de délicatesse par l’orgue. Afin de ne pas devenir un vieux groupe se reposant sur ses lauriers et la facilité, Hooverphonic préfère revenir à une prestation moins grandiloquente. Les grandes envolées lyriques manqueront certainement à un certain public qui, en échange, ne pourra pas être insensible à l’émotion brute qui s’en dégage.

THIERRY COLJON

Hooverphonic sera le 4/4 au Cirque royal, le 26/4 au Forum de Liège, le 27/4 à l’Aula Magna de LLN et le 7/5 au Théâtre royal de Mons, en plus d’une vaste tournée européenne. Infos: www.hooverphonic.com


commenter par facebook

3 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>