Les news inutiles #47: Kanye West, la dernière rock star

BLKKK1690

La Britpop a vingt ans. Tout juste. « Parklife » de Blur est sorti le 25 avril 1994. Pour fêter ça, le 25 avril dernier, Damon Albarn, qui se trouvait dans un pub (le « Red Lion » où, selon la légende, Tony Blair et Gordon Brown ont scellé le pacte du New Labour qui allait les mener au pouvoir, en pleine folie Britpop… Tout cela ne s’invente pas!) comme un Anglais sur deux chaque vendredi soir, a rejoint le groupe local pour pousser la chansonnette, lançant les couplets de ‘Parklife’, qui signifie son lot dans le West End londonien, tandis que les verres trinquaient, les rires s’élevaient, et les gosiers éructaient le refrain dans une atmosphère ma foi on ne peut plus adéquate. « Aaaaaaaaall the people! » Un vendredi soir sur Terre. L’endroit où il fallait être et la Britpop résumée en une séquence de 3 minutes!

Quelque chose vous a fait tiquer en commençant la lecture de ce chapitre, mais vous ignorez quoi. Un truc un peu gênant qui vous a donné un petit remou dans le bas du bide. C’était la phrase qui disait: « Parklife » a vingt ans. Et qui vous rappelle les dimanche après-midi chez pépé ressassant sur les Allemands, Pétain, l’abdication de Léopold III et l’indépendance du Zaïre. Eeeeeeeeeeeh oué! Courage, bientôt la retraite!

Alors que du temps de Lincoln… La guerre faisait rage entre les Abolitionnistes et les Sudistes. C’est de cette époque, ou presque, que date une lettre manuscrite signée Keith Richards, décrivant avec minutie sa rencontre avec un certain Michael Jagger sur le quai de la gare de Stanford.

« Chère Pat, (…) Oh mais ma chère, j’ai été teeeeellement occupé depuis Noël, l’école mise à part. Tu sais que je suis fou de Chuck Berry et que je pensais être le seul fan à des kilomètres à la ronde. Mais un matin à Dartford «Stn» (et oui, comme ça j’ai pas besoin d’écrire «station» en entier), je tenais à la main un des disques de Chuck quand un gars que je connaissais à l’école primaire, entre 7 et 11 ans, vient vers moi, tu vois? (…) Enfin bref, ce gars à la gare, il s’appelle Mick Jagger et tous ces mecs et ces nanas se retrouvent le samedi matin au Carousel, un bar musical. Et bien un matin en janvier, je passais par là et j’ai décidé d’aller voir ce qu’il faisait. Tout le monde m’adorait et j’ai été invité à environ dix soirées.

A part ça, Mick est le meilleur chanteur de R&B de ce côté de l’Atlantique, et je pèse mes mots. Il joue de la guitare (électrique) comme Chuck et on s’est trouvés un joueur de basse, un batteur et un autre qui joue de la guitare rythmique, on s’entraîne deux à trois soirs par semaine. CA BALANCE PAS MAL. »

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

22 commentaires

  1. Richard M.

    28 avril 2014 à 16 h 06 min

    Cet article est une véritable insulte pour les artistes qui font plus que jamais du vrai rock, qu’il soit progressif, expérimental, ou plus dur. Connaissez-vous seulement Omar Rodriguez Lopez ? Les Melvins, ça vous dit quelque chose ? Des groupes influents comme Gojira ou Meshuggah ont-ils déjà atteint vos oreilles ? Le rock n’est pas mort, c’est juste que vous n’écoutez pas ce qui se fait. Et je parle de “vrai” rock, pas de soupe opportuniste. Franchement…!

    • Yeezus !

      28 avril 2014 à 23 h 58 min

      Richard, je pense que vous n’avez pas saisi le message essentiel de cet article on parle ici de “rockstar” car oui Mr West est bien une des dernières de cet décennie comme le démontre l’article ci-dessus.

      Yeezy = Kanye West qu’on l’aime ou qu’on le déteste est un Artiste Avant-gardiste qui a reçu des prix rivalisant avec les plus grands comme mentionner dans l’article également il est la depuis bien longtemps déjà et a produit de nombreux classiques pour d’autres artistes, ainsi que ses albums il n’a plus rien a prouvé a personne surtout depuis YEEZUS
      qui est son meilleur album a mes yeux car il est à la fois actuel, avant-gardiste, et bourrer d’influences

      maintenant je comprends votre mécontentement après avoir lu “le rock est mort” je ne suis pas d’accord avec se terme la non plus car il n’est pas mort, mais il survie ce n’est plus une culture populaire comme ca l’était encore il y a 2 décennies de cela a l’instar du Hip Hop/Rap qui lui même si il souffre un peux au USA est le leader de la popularité musical actuel et il a évoluer pour se mélanger a d’autre genre musicaux il est devenu Homogène comme jamais grâce en partie a Kanye West qui a ouvert la tendance Hip Hop Electro new wave (comme l’avait fait jadis RUN DMC en mélangeant le rap et le rock) et sa consécration est YEEZUS album parfois incompris qu’on peut ne pas aimer “les gouts et les couleurs”

      car les artistes que vous avez citer je ne l’ai connais pas mais talentueux, influents sans nul doute comme ils doivent l’être ne sont pas aussi influents percutant et connus que l’est Kanye West et ne marquera peut être pas cette décennie alors que Kanye West oui donc il est bien l’une des dernière rockstar pour moi aussi

      • Richard M.

        29 avril 2014 à 12 h 34 min

        Nous ne sommes plus dans une époque de rock “populaire”, c’est évident. Le rock n’en a pas forcément besoin pour exister non plus. C’est toute la différence avec Kanye West. Le problème est que vous n’avez aucune idée de ce qu’est le rock, un peu comme l’auteur de cet article. Reportez-vous au commentaire de Rotten, il résume assez bien les choses. Et surtout, essayez d’écouter du rock n’ roll, du stoner, du hard-rock classique, du grunge, du trash-métal, etc, avant de vous faire une idée. Libérez-vous, autant qu’il soit possible, des idées reçues et des médias de masse. C’est typique de l’époque, on mélange tout, on joue au rebelle tout en diffusant la musique la plus consensuelle qui soit, on fustige le consumérisme tout en faisant la promotion des marques les plus capitalistes, on donne des leçons de vie à tout le monde alors qu’on a ni étudié, ni vraiment vécu. Et si je peux me permettre, munissez-vous d’un Bescherelle, par pitié.

  2. Rotten

    29 avril 2014 à 9 h 11 min

    Un article bien étrange sur ce coup, qui me semble chercher des choses là où elles ne sont pas, et c’est bien ça qu’on a du mal à comprendre.

    Le constat initial est, au titre générationnel, parfaitement avéré. Le rock n’a plus sa place dans les charts, ni dans les médias. D’ailleurs, ce fut à peu près toujours le cas, d’une Angleterre qui refusait de faire figurer le nom des Pistols en première place des classements officiels de vente à la vague très médiatique qui a porté et suicidé Nirvana.

    Dans ses plus belles années, le rock n’avait pas sa place, en dehors des disquaires indépendants et de quelques radio/télé-crochets nocturnes (d’un Bernard Lenoir aux Enfants du Rock). Avant l’apparition de la bande FM, il était difficile d’envisager d’en passer entre Michel Sardou et Nana Mouskouri. Drucker recevait de façon épistolaire les Cure au motif introductif de “je sens que leur coiffure va encore faire plaisir à ma mère” (surtout en raison des ventes de 1986). Seul peut-être un Jaques Martin, au détour d’un pari perdu sur un comptoir, osait un tant soit peu la provoc’ en recevant les Garçons Bourcher dans ses dimanches éponymes, qui ciblaient le public de Derrick avant même que celui-ci soit diffusé à l’antenne.

    Dans les 90′s, c’était la vague du grunge (sauf à considérer que Guns’n'Roses faisaient du rock), de la fusion et d’une pointe d’électro-rock ici ou là. Dans le même temps,la techno apparaissait un peu partout sauf dans les médias, qui y préféraient l’italo-dance et la new-beat commerciale. Et puis on passe en 2000. MTV est devenue tout sauf une chaîne musicale, les grands groupes radio sont devenus aussi subtils que feu les grandes ondes dans leur playlists musicale (en raison des accords commerciaux), bref… il n’y a plus de place du tout pour la musique autre que celle qui se périme en 3 mois, et bien entendu encore moins de place pour le rock.

    D’où la question : qu’est-ce que le rock et où le trouve-t-on ? Question subjective, et chacun aura son idée. A titre personnel, je pense que le rock n’a jamais été construit pour être un mouvement d’ensemble (en tant que finalité première), et que le jeu artiste/médias est avant tout une invention des diffuseurs en relation avec les maisons de disques. Les artistes qui font du rock… d’en foutent intégralement. Par contre, des mecs comme Kanye West, non. Il y a un compte en banque à alimenter, les impôts c’est comme ça, d’une année sur l’autre, on y peut rien. On ne me reprochera pas non plus d’affirmer catégoriquement qu’il évolue dans un milieu où l’égo occupe la première de toutes les places, et que cet égo est définitivement alimenté/servi par les marques, du vêtement de sport aux marques de luxe. Il est nécessaire d’en jeter, d’évoquer la puissance et le fric, d’avoir des femmes servies à la pelle et sur claquement de doigts, et surtout, surtout… de continuer à séduire la jet-set pour assurer l’image du rêve consumériste et les ventes qui s’en suivent dans la population qui consomme les playlists de divertissement imposées en tant que “ciment” de l’époque.

    Tout ça pour dire que si on envisage Kanye West comme une rock star, on doit aussi dire (sans rire) que Paris Hilson est une vraie punk.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>