Les news inutiles #49: Swans et le dérèglement des sens

swans to be

A côté de ça, évidemment, la vie de nos chanteurs étalée sur Twitter, ben c’est un peu la pitié du cureton face au chien qui vient de chier devant son église… C’est Jack White qui nous occupe, là. Le Jack, on sait pas trop comment, mais son courrier privé a été dévoilé au public et, bref… Il s’avère qu’on y apprend qu’il est un peu jaloux des Black Keys, critiquant Dan Auerbach de l’avoir copié, blabla… Y a d’autres machins sur Adele, Lana del Rey et Duffy qui ne sont selon lui que des sous-Amy Winehouse… Et il balance aussi sur « l’ermite » Meg White qu’il ne voit plus et qui ne servait de toute manière à rien. Bref, des vérités partagées par tous. On est d’accord. Mais Jack White, figurez-vous, s’excuse. Vraiment, c’est pas ce qu’il voulait dire, et surtout, tout ça devait rester privé. Le problème aussi, voyez, c’est qu’il a un album qui sort, le Jack, et ça, ce genre de commentaires, ben c’est trop. Nous, on a envie de le rassurer, c’est pas grave, t’sé. On t’en veut pas. Vraiment. Ça changera pas la manière dont on écoutera ton disque, copain… ‘fin, si on l’écoute… C’est juste qu’on s’inquiète: quelqu’un a-t-il vu les gonades à Jack White? Semblerait qu’il les aient perdues en chemin, le pauvre! Allez, vade retro la demi-molle et tu deviendras homme! Et entre nous, c’est encore le meilleur moyen pour refourguer ton disque… (Pauv’ vieux Jacko…)

Parlant de demi-molle, y a une sex tape avec Meg White qui traîne sur la toile… On dit ça pour info, hein, faut rester sensé, z’allez quand même pas mater un truc pareil!…

Allez, quelque chose de drôle. 50 Cent qui se prend la bonne grosse honte devant 50.000 personnes, trois fois plus de téléspectateurs et la moitié de la planète sur le web. Voilà, ça, c’est plaisir! Curtis les gros bras qui s’offre le premier lancer lors du match de baseball opposant les New York Mets aux Pirates Pittsburgh… Et qui se croûte, mais alors là, en beauté!  M’est avis que tu fais ça dans la street, nigga, tu te fais virer fissa du gang… Et tu peux t’estimer chanceux de pas te prendre du plomb dans les valseuses! Le rebelle s’est néanmoins défendu: « Je suis un hustler, pas un putain de joueur de baseball ». Non, non, Curtis, t’es ni l’un ni l’autre… T’es juste le gars qui s’est pris un bon gros bide en direct. Et en différé. Rien d’autre. Allez, rendez-vous aux Ardentes, hustler! Ce sera fête, tu vas voir, à Lidj’, on aime bien rigoler!

Un trésor obscur et retrouvé. C’est un peu fou, mais on (le « ’on’ impersonnel », pas le « ’on’ ducal ») a retrouvé un film 16 mm réalisé par Andy Warhol et montrant le Velvet Underground live à Boston en 1967. Bon, comprenons-nous, c’est irregardable et encore moins écoutable (… à jeûn). Mais c’est historique. Et surtout, ça en dit long sur les 60′s, les expérimentations artistiques… et encore plus sur la consommation de drogues qui avait alors cours! Quelle époque!

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

1 commentaire

  1. tamer hapoil

    3 novembre 2014 à 18 h 21 min

    hé bin hé bin. qu’avons-nous ici? un freluquet, de surcroît écrivaillon dans notre presse nationale, qui ne connait pas ses classiques. c’est à ce genre d’immondice que la fin du monde s’ausculte, se diagnostique. déplorable nullissime et sentencieux, voilà pour le style. pour le contenu, aucune mention des tout débuts de swans dans les bas fonds new-yorkais avec comme batteur le suisse roli mosimann qui plus tard allait mettre les young gods, le groupe, suisse, sur orbite. qu’il fasse ses devoirs le gamin. et qu’il n’oublie pas de laver ses mains avant.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>