Le feu anversois d’Arcade Fire

Le grand Win... For Life! Photo Sylvain Piraux.

Arcade Fire a rempli, mardi, le Sportpaleis d’Anvers, remplaçant l’esprit festif et la folie de novembre dernier aux Halles de Schaerbeek par un set solide baigné dans un visuel aux mille facettes.

Owen Pallett est un vieil ami du grand Win Butler. Musicien occasionnel d’Arcade Fire, le chanteur canadien a composé avec le leader d’Arcade Fire la musique du film Her, de Spike Jonze. Mardi, il s’est chargé, tout seul avec son violon, ses boucles et son clavier, de la première partie, avant de rejoindre le groupe montréalais au violon et au clavier.

Un concert d’Arcade Fire, cela reste un moment à nul autre pareil, une expérience plus qu’un simple concert. On ne s’étonne même plus de trouver un DJ sur une scène centrale, dans le parterre, ni un couple de danseurs masqués sur la galerie. Dans le public, à côté de nous, un jeune couple est venu avec une immense boîte recouverte de papier alu en guise de couvre-chef.

C’est ça l’esprit Arcade Fire. Comme d’ouvrir le set par “Rebellion (lies)” avec ces fameuses têtes géantes de papier mâché. Avant qu’on ne se rende compte qu’il s’agit là d’imposteurs vite virés de la scène par le “vrai groupe”. Une scène qui se reproduira au rappel avec les mêmes “géants” reprenant, sur la scène B, “ça plane pour moi” de Plastic Bertrand.

On s’amuse d’un rien chez Arcade Fire mais quand il s’agit de jouer, là ça ne rigole plus. C’est vrai qu’on n’a pas retrouvé, mardi à Anvers, ce grain de folie qui n’appartient qu’à eux. On se rappelle (il y a neuf ans déjà!) de ces concerts où régnait sur scène un bordel pas possible. Reste aujourd’hui un line-up très impressionnant: ils sont douze sur scène, avec deux cuivres et deux choristes en renfort. Et si l’esprit de Noël est logiquement absent de cette tournée (finis les tudexos dans le public!), on compense avec un visuel étincelant. Un grand écran, pour les vidéos, accompagne les “réflections” tous azimuts.

Pour “It’s Never Over (Oh Orpheus)”, la belle Régine se retrouve sur la scène B, dans le rôle d’Eurydice avec dans le dos le spectre de la mort sorti tout droit d’Orfeu Negro. Entre Rio, “Haïti” (repris bien sûr par notre Régine chérie) et vaudou de la Nouvelle-Orléans (même le caméraman est masqué comme un sorcier), Arcade Fire livre un concert qui a du fond. On est là pour danser bien sûr mais pour penser aussi, en plus d’être généreux puisqu’un euro de chaque ticket vendu sur la tournée va à une fondation pour un hôpital de Port-au-Prince.

Il n’y a pas de temps mort chez Arcade Fire qui ne se fait pas prier pour puiser allègrement dans le premier album (Funeral), dans The Suburbs (ah, Régine et son “Sprawl II”…: c’est elle la moins éteinte du groupe ce soir-là!) et le dernier Reflektor. On ne se lassera jamais des “Neighborhood 3 (Power Out)” et, pour terminer, “Wake Up”. Comme le personnage déguisé en boule à miroirs qui apparaît au cours du concert, Arcade Fire nous en a fait voir de toutes les couleurs.

THIERRY COLJON

Setliste

Normal Person
Rebellion (Lies)
Joan of Arc
Rococo
The Suburbs
Ready to Start
Neighborhood #1 (Tunnels)
We Exist
No Cars Go
Haïti
Afterlife
It’s Never Over (Oh Orpheus)
Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)
Reflektor

Neighborhood #3 (Power Out)
Flashbulb Eyes
Here Comes the Night Time
Wake Up


commenter par facebook

18 commentaires

  1. Steph

    11 juin 2014 à 11 h 39 min

    Vous avez juste oublié de dire que le son de la salle était assez catastrophique qd même…Vraiment dommage car le groupe est toujours aussi bon sur scène et la setlist de plus en plus intéressante (déjà vu 2 fois avant) mais ce son mal équilibré, saturé, agressif (autant dans les aigus que dans les basses) ne les a pas aidé à enflammer un public bien souvent dérangé selon moi. A moins que j’étais spécialement mal placé…? En gradin proche des enceintes de droite.

    • Juan

      11 juin 2014 à 15 h 56 min

      C’est vrai que le son était comme souvent plutôt catastrophique. Mais (je ne suis pas un spécialiste), je ne pense pas que ce soit la salle qui est en cause, mais bien les ingés du son et … les choix du groupe. Il y avait tout simplement trop de décibels si bien qu’on ne distinguait plus les voix où les instruments (surtout dans les 2,3 premiers morceaux). Or je n’y voit qu’une volonté du groupe de mettre tout de suite le feu … Comme très souvent, l’ambiance et la qualité sonore (musicale ?) ne vont pas de pair. Trop de décibels provoque la bouillie sonore. C’est d’autant plus dommage que le concert était bien bon.

  2. thomas

    11 juin 2014 à 11 h 56 min

    Comme je peux comparer avec leur show aux Halles…

    Ils sont vraiment impressionnant en formation complète, et c’était musicalement beaucoup plus intéressant que dans le contexte des Halles de Schaerbeek….

    Par contre l’ambiance… j’avoue que c’était ma première fois au Sportpaleis donc c’est peut être habituel là bas, mais quand le set commence par l’explosion de “Normal Person”, il y a un immense moment de gêne quand tu vois la fosse dodeliner de la tête sans bouger. L’impression que le public ne connaissait que le premier album aussi…

    Deux expériences complémentaires et très différentes. Pas de regrets car ce groupe est immense et irréprochable, mais je ne retournerai pas de si tôt voir un concert à Anvers !

  3. Collin P

    11 juin 2014 à 16 h 53 min

    L’entrée en scène était un peu ratée.
    L’introduction du groupe par le personnage central scintillant était suffisant. Ils auraient du commencer tout de suite et éviter cette cacophonie……mais ce n’est qu’un détail.
    Visuellement superbe avec finalement une économie de moyen (bien vu).
    Aucun temps mort, ça s’enchaine……formidable.

    Mais alors…..LE SON……..apocalyptique. Mais quel m….e.
    12 musiciens qui émettent des sons, ça demande du boulot, de l’expérience et surement des moyens.Hors…
    soit les moyens ne suivaient pas.
    Soit l’ingé son avait des gants de boxe.
    Soit il était bourré.
    Soit les 3 à la fois.

    Toujours est-il que ce son de m…e, a gâché un bonne part du spectacle.
    Une musique aussi riche en son TRES mal mise en oeuvre.
    Dommage, ça aurait pu être parfait.

    Peut-être que le Palais 12 aurait corrigé l’affaire….??

  4. lazarus

    11 juin 2014 à 17 h 04 min

    J’étais aux tout premiers rangs, le son n’était vraiment pas si mauvais, mais tout ceux que je connais qui étaient plus loin ou en place assise sont hyper déçus du son.

    Quant au set, vraiment étrange d’entamer par Normal Person puis juste un peu plus loin de tuer le feu qui attise avec The Suburbs qui passe très mal en live (encore plus lent que sur l’album).
    Mais après, c’est tuerie sur tuerie, plus aucun réel temps mort, beaucoup de groove, visuellement très bien fichu.
    Quelques bémols encore tout de même: le groupe beaucoup plus assagi (William sous prozac, Richard qui bronche plus du tout, et Tim qui a toujours l’air de s’emmerder sur scène…). Seule Regine a encore le sens communicatif (quoique sa gestuelle peut irriter de plus en plus) et Win fait le service, ni plus ni moins (quoiqu’il est venu 2 ou 3x aux premiers rangs choper le smartphone de l’un ou l’autre pour shooter à son tour le public).
    Plusieurs dates précédentes avaient leur reprise exclusive (Smiths, Prince, Phoenix,..) mais pas pour Anvers. D’ailleurs un ou 2 tracks des setlists précédentes sont passés à la trappe hier (même pas 2h de show).
    Et Owen Pallett c’était la punition, tout le monde autour de moi soupirait, regardait sa montre, attendait le dernier morceau. Le mix funky d’avant-concert était vachement mieux!

    Et toujours grosse galère pour quitter le parking après le concert, faut vraiment le vouloir pour aller au SportPaleis..

    • Superbouli

      12 juin 2014 à 1 h 20 min

      C’est vrai qu’il manquait deux ou trois chansons par rapport aux sets précédents, à la limite qu’ils n’aient pas fait de cover ne m’a pas dérangé mais faire l’impasse sur Laïka / Intervention / Ocean of Noise ( voire en surprise We Used to Wait ) qu’ils ont joués pratiquement toute la tournée, je comprends pas.

      Public extrêmement mou par ailleurs, Normal Person c’est censé exploser et c’est à peine si le public secouait la tête. Un peu déçu des Anversois, l’ambiance était mieux aux Halles.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>