L’Attack n’était pas Massive à l’AB…

Bruxelles, 25/10/09, Concert Massive Attack. Photo: Sylvain Piraux pour LESOIR

Massive Attack se produisait mardi à l’AB sans réelle actu sinon un album en préparation. Un concert devant 2000 fans fortunés qui s’est apparenté à un tour de chauffe inégal, manquant de rythme, mais dont les nouveaux titres dévoilés laissent entrevoir de bien belles choses.

Mais, c’est pour dire, il y a eu des moments embarrassants… Des moments de flottement pas aidés par une ambiance des plus coincées (comme c’est souvent le cas dans ces concerts pour les 35-45 ans, on rappelle que le prix du ticketon avoisinait les 60€…). Et puis, Martina n’y est pas. Martina Topley-Bird, ancienne muse de Tricky désormais chanteuse principale chez Massive, tente bien à coup de gorgées de thé au citron (et du gingembre, Martina! N’hésite pas à mettre la dose de gingembre…) de réchauffer ses cordes vocales abîmées, retrouver la douceur de sa voix, oser les envolées, mais rien n’y fait. Si bien que les « Psyche » et autres « Teardrop » nous donnent l’impression d’assister à une grosse répète. A 60 boules, la répète, donc.

Mais de cela, finalement, le fan qui a déboursé son pécule n’en a cure. Lui veut du tube, des sensations, celles de son adolescence passée, quand il fumait seul dans sa chambre en écoutant « Angel », amoureux qu’il était de la belle et inatteignable Mathilde qui lui avait pourtant adressé l’après-midi même un sourire qui lui ouvrit le coeur. Instantanément, dès les premières notes de basse, le fan replonge dans l’instant, recherche les sensations perdues, anticipe la montée et hurle avec Horace Andy « Love you love you love you love you love you love you… » puis explose avec les guitares saturées! Il saute, se lâche, mais en réalité force un peu, il faut bien avouer, il n’est pas vraiment dedans, mais c’est son moment, celui qu’il attendait, là, il rentabilise. Après quoi, ben voilà, c’est tout. Il va chercher des bières, c’est sa tournée… Ceci pour l’ambiance.

IMG_20140909_212149

A dire vrai, les vieux tubes ont été trop entendus. Sont téléphonés, un peu pâlots, joués mécaniquement et n’apportent pas grand chose sinon la conscience du temps qui passe. Seize ans depuis Mezzanine, tout de même… Qu’a fait Massive depuis? Deux albums poliment écoutés et trop rapidement oubliés. Et qu’on (re)découvre ici avec plaisir: « Future Proof » et « Everywhen » de 100th Window ou « Paradise Circus » et « Girl I Love You » du dernier Heligoland sont parmi les meilleurs moments du concert. Tout comme le light show, le fameux écran géant que Massive transporte depuis dix ans fait toujours son effet, les messages cryptiques et images d’actu qui défilent ajoutant à l’atmosphère post-apocalyptique du son du groupe et collent à l’époque, sans compter les rayons lasers rouges du meilleur effet. Pendant ce temps, c’est le défilé sur scène tandis que batteurs (ils sont par moments deux), bassiste et guitariste assurent. Mention spéciale à Daddy G, son veston bien coupé, son style cool et classe et ses mini-dreads, qui vient poser sa voix rocailleuse sur quatre ou cinq titres maximum, chipote un peu des machines, et passe la plupart du temps en backstage. La belle vie, quoi!

A part ça? Le plus important: les nouveaux titres. Que le groupe traîne depuis déjà plusieurs années, en fait. Et qui sont de bon augure pour la suite. Rythme soutenu, grosse basse et ambiance club, que du bon, le meilleur du concert, en fait. Deux en ouverture (« Battlebox » et « United Snakes ») et un troisième bien clubbing et assez monumental vers la fin du concert (« Jupiter »). Ledit concert se terminant en apothéose avec le classique « Unfinished Sympathy » dans un flot lumière-son des plus impressionnants.

Pour résumer, on attend l’album.

DIDIER ZACHARIE

Setlist

Battlebox 001/ United Snakes/ Risingson/ Paradise Circus/ Girl I Love You/ Psyche/ Future Proof/ Teardrop/ Angel/ Jupiter/ Safe From Harm/ Inertia Creeps RAPPEL Everywhen/ Splitting The Atom/ Unfinished Sympathy

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

4 commentaires

  1. Ertho

    10 septembre 2014 à 14 h 12 min

    Marrant cet article à l’opposé de celui de la rtbf.

    Je suis un de ces “vieux fortunés” comme vous dites.
    Passons sur le fait que je ne suis pas vraiment riche…(oui passons)

    la critique dans l’ensemble est assez juste. Les nouveau morceaux sont prometteurs mais en cherchant sur les sites de setlist on peut facilement remarquer qu’ils sont joués depuis un moment en live.
    Fiasco complet pour Teardrop ainsi que pour les titres de “100th Window”.

    On remarquera certaines voix non traitées (absence de reverb par exemple), des chants faux, etc etc.

    Au final le mérite du live de Massive Attack se résume assez bien au caractère live du show.
    C’est un live, un vrai ! On ne retrouve pas le fameux Taping utilisé par tous les groupes à l’heure actuelle. De plus pour un groupe Electro, l’adaptation au live n’est jamais évidente.

    Soyons généreux : 6/10

  2. Le Soir

    10 septembre 2014 à 16 h 34 min

    fortunés // chanceux. En jouant sur les mots, certes… ;-)

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>