Le Printemps des femmes

-

Le 39e Printemps de Bourges s’est terminé comme il a commencé : avec une star. Christine & the Queens a clôturé mercredi une édition très féminine.

Ouverte vendredi avec Selah Sue et Juliette Gréco à qui une exposition était également consacrée, la trente-neuvième édition du Printemps de Bourges s’est terminée mercredi, passé minuit, avec le concert très attendu de Christine & the Queens qui, devant 6.000 personnes, a inauguré sa saison des festivals.

A la même affiche, on trouvait l’électro-pop parisienne d’Isaac Delusion qui nous ramène aux années 80, la puissance d’une Izia dorénavant bilingue et la maîtrise de The Do, plus futuriste que jamais. Izia Higelin et Olivia Merilahti : deux personnalités fortes, extrêmes. Izia n’a pas des chansons renversantes, aucune n’est encore véritablement connue, ne se suffit à elle-même mais Izia, qui ne tient pas en place, parvient à les propulser, à leur donner une vie qui leur manque tant sur disques. Izia est une pile automatique. Le public, elle va le chercher à la force de sa gouaille, de sa passion, de son obstination. Au début distrait, le public a véritablement été convaincu en fin de parcours et n’a pas manqué de le lui dire.

The Do, ensuite, livrait sa propre version d’une électro très percussive, avec une Olivia en pantin de manga, princesse tout de cuir rouge vêtue, imposant un rythme intrépide d’une puissance folle. Le dispositif scénique coloré est très réussi.

Tout ce qu’il fallait pour terminer la soirée par Christine & the Queens qui n’hésitera pas à inviter Olivia à la rejoindre pour un duo comme on peut parfois en vivre en festival. De plus en plus rarement malheureusement. Christine nous a été révélée il y a juste un an, en ce même Printemps de Bourges, dans l’Auditorium. Quel chemin parcouru !

Pas de vidéos, deux Queens seulement, deux musiciens, un espace réduit… C’était le début. Aujourd’hui, Christine règne sur un monde aux grands espaces. Elle reprend William Sheller (« Photo souvenir ») aussi bien que Technotronic (« Pump Up the Jam »), danse et court tout en restant d’une réjouissante simplicité dans ses contacts avec le public. Après les petites salles (l’Orangerie du Bota en octobre dernier) et les théâtres (le Cirque royal récemment), Christine est prête pour les festivals (Rock Werchter) et les grandes salles (Forest National en automne). La reine agrandit son royaume tout en restant elle-même.

THIERRY COLJON
Isaac Delusion et The Do seront aux Nuits Botanique le 15 mai.
Izia sera à Bruxelles à la Fête du 1er mai.
Christine and the Queens sera à Rock Werchter le 28 juin et à Forest National le 2 octobre.


commenter par facebook

3 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>