FKA twigs aka The Queen

1950691_et_fka_twigs_review_JLC

FKA twigs, premier choc musical à Werchter.

Comme quoi, tout arrive… Sans rire, on peut se demander ce que faisait l’Anglaise dans une programmation aussi radio-friendly, mais qu’importe. On a simplement assisté à un concert cinq étoiles, un de ceux qui font référence, qui marquent les esprits.

On connaissait le disque (LP1 sorti l’an dernier sur l’excellent label Young Turks – The xx…), on y avait bien décelé le potentiel de la demoiselle, son originalité, sa personnalité. Mais en live, tout est décuplé. Un spectacle son et vision, simple mais élégant. Une artiste fascinante et mystérieuse. FKA twigs offre une vraie proposition musicale, comme on dit dans le métier. “Enfin, quelque chose de nouveau!”, comme disait Charles.

Au début, il y a le son. Et ces énormes basses qui nous enveloppent, littéralement, et finissent pour nous posséder totalement, corps et âme. L’instrumentation est pourtant minimaliste: percussions électroniques et beats, de temps en temps une guitare ou une basse. Et cette voix qui flotte au-dessus des flots. Exigeant? Certes, c’est pas exactement de la pop, c’est son avant-garde. C’est marche ou crève. On entre dans l’univers de la demoiselle ou on reste alité sur le bord de la route. On vous conseille d’y entrer plain-pied.

Et puis, il y a l’aspect visuel, c’est-à-dire FKA qui flotte, danse et tord son corps élastique sous les beats telle une brindille dans le vent. Ce langage du corps ajoute au mystère, c’est à la fois tribal et post-moderne, subtile et fascinant. Et d’autant plus quand la twigs est rejointe par un deuxième danseur albino androgyne et nous plonge dans un univers lynchéen quelque part entre rêve et cauchemar. Quand arrive le single « Two Weeks », la messe est dite, on est quelques-uns à s’être convertis tandis que des frissons nous traversent la moelle épinière sur le refrain…

En résumé, FKA twigs pourrait bien être la descendante de Björk et d’une Beyoncé d’avant-garde. Oui, on a pris une claque!

DIDIER ZACHARIE

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

15 commentaires

  1. youyou

    27 juin 2015 à 21 h 12 min

    Non vous êtes sérieux? on dirait un chat écrasé, elle n’a aucune voix… elle a du talent dans la danse, c’est indéniable, mais pour le chant ???
    Ce n’est qu’une série de miaulements et de murmures… au secours …

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>