Christine & The Queens : stop ou encore ?

ThomasBlairon_CHRISTINE AND THE QUEENS_003

Christine & The Queens a triomphé à Werchter. Un pour, un contre.

Elle est la reine de 2014 et ça se ressent jusqu’en plaine flamande. Le Klub C est bondé pour accueillir Christine & The Queens, ça se pousse et se bouscule dans la fournaise pour pouvoir entrevoir le phénomène. Mais cela en valait-il vraiment la peine ?

vvv

LE POUR

Christine & the Queens, dès qu’elle entre sur scène, on a déjà des frissons. Cette petite de 26 ans a la classe, pas du tout impressionnée par un public qui pourtant n’était pas conquis d’avance. Car même si elle faisait partie du classement des incontournables du jour par De Morgen, elle se trouve en terrain flamand/ anglophone et devant un public plutôt rock.

Mais la voilà qui sort son anglais impeccable (pour une Française) et va même jusqu’à expliquer les textes de ses chansons et plaisanter. « Les gars si vous avez vos lunettes de soleil, c’est le moment de les sortir ». Héloïse Letissier de son vrai nom danse en rythme avec ses danseurs sur « Half Ladies » et « Science fiction ». Puis, vient son fameux medley de Christophe et Kanye West « Paradis Perdus ». « Je ne veux pas être attrapée », balance-t-elle avant de un sprinter sur la scène.

Qu’est-ce que c’est que cette déesse androgyne extraterrestre ? Un mélange entre l’énergie de Michael Jackson et la douceur d’une Camille. On adore son étrange folie. « Je ne veux pas être Beyoncé, je ne veux pas être parfaite ! » Ne t’inquiète pas Christine, tu ne l’es pas. Les passages de house music finissent de chauffer le public. Ça pulse, ça danse ! Christine a le don pour alterner ces moments entraînants avec des passages beaucoup plus calmes. La surprise, c’est d’arriver à bouger sur des titres aussi calmes que les siens.

Après un départ précipité un quart d’heure avant la fin (déjà ?), elle revient encore plus désirée, et ses paroles de “Saint-Claude” sont reprises en cœur par le public qui finalement était peut-être déjà conquis. « J’ai vécu un concert vraiment très chaleureux » , confiera-t-elle à la sortie de scène, après avoir reçu son disque de platine en Belgique. Nous aussi, vivement la suite parce qu’un seul album c’est trop peu pour un concert.

FLAVIE GAUTHIER

fre

LE CONTRE

Ca doit être une question de génération, mais la Christine, là, comment dire ? Comprends pas. ‘fin si, je vois bien le concept, c’est jeune, moderne, vigoureux, différent, surtout dans le vieux Royaume de France. Mais de là à s’exciter ? Bref, fallait voir le phénomène en live pour se faire une idée. Et comprendre.

C’est indéniable, le show est bien ficelé. Couleurs vives, danses à la Michael, et force est de constater que la Christine est quelque chose comme un sacré caractère, comme disait grand-mère. Une personnalité. A l’aise sur scène, présentant chaque chanson avec une petite histoire construisant le mythe, ce qui cache une vraie vision, et aussi un très fort ego. Et c’est aussi pour cela que Christine va devenir une  star. Avec ça, elle a créé un vrai univers personnel. Bref, c’est déjà beaucoup. En fait, c’est énorme.

Par contre, derrière, c’est-à-dire, la musique… (Parce qu’on parle toujours de musique, n’est-ce pas ? On a parfois tendance à l’oublier avec tous ces shows/concepts multimédias…) Eh bien… Rien. De temps en temps une mélodie, mais c’est très maigre. Aussi maigre que ces beats electro, qui sonnent un peu comme la Peugeot 207 du beat (comparé aux BMW FKA twigs Hot Chip). Pour dire, la Christine a beau donné dans l’électro-pop bien tendance, sa musique n’en est pas moins de la variété française. En fait, c’est ça. Christine & The Queens a inventé la variété moderne et branchée. Mais ça reste de la variété !

DIDIER ZACHARIE
Photos THOMAS BLAIRON

gggg


commenter par facebook

15 commentaires

  1. eatrs

    29 juin 2015 à 8 h 09 min

    La personne qui a écrit l’article a-t-elle déjà entendu parler anglais des Wallons? Je ne le pense pas sinon elle se serait garder de préciser que l’anglais est bon pour une Française… à moins que cela signifie qu’il soit bon pour un Belge francophone.

    Quand on parle musique, pourquoi balancer deux clichés sur un pays connu seulement à travers ses clichés?

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>