Pour conclure Rock Werchter 2015…

thomasblairon_leny-kravitz_009

Notre Top 4 des concerts.

1.Lenny Kravitz (samedi, Main Stage, 21h35)

thomasblairon_leny-kravitz_012

On pensait ne plus jamais être surpris. Trop de concerts moyens, trop d’albums de routine… Et puis un jour, bim! Une setlist de rêve (les classiques «Mr. Cab driver», «Always on the run», «Let love rule»), quelques extraits pas trop nombreux (pour ne pas faire concert de promo) du nouvel album, du show (son passage dans le frontstage et l’allée centrale sur «Let love rule»), un solo de trompette de dix minutes!… Bref, une conjonction des astres, que même Dominique Lehmann n’a pas senti venir.

2. FKA twigs (vendredi, Klub C, 21h20)

Une claque. On avait beau connaître l’album, y avoir décelé le potentiel de la demoiselle, son originalité, rien ne laissait présager une telle expérience live. Un spectacle son et vision, entre électro-pop avant-gardiste et danse, une artiste mystérieuse et fascinante. FKA twigs offre une vraie proposition musicale, comme on dit dans le métier. C’est bien simple, l’Anglaise est la descendante de Björk et d’une Beyoncé d’avant-garde.

3. Faith No More (jeudi, Main Stage, 22h)

lesoir

Invités de dernière minute pour remplacer les Foo Fighters, les Californiens de Faith No More ne se sont pas fait prier pour profiter de l’aubaine. «Si Dave Grohl pouvait se casser la jambe tous les jours…», lançait, taquin, Mike Patton. Des titres fédérateurs, un nouvel album qui n’a rien à envier à ses aînés (mention spéciale au single «Superhero» qui termine le set de façon foudroyante), une énergie intacte et Mike Patton, une personnalité rock comme on n’en fait plus. Joker gagnant.

4. Die Antwoord (dimanche, The Barn, 22h05)

thomasblairon_die-antwoord_056

Enorme délire! S’il y a un groupe qu’il ne faut pas rater sur scène, pour le show, c’est bien celui-ci. Le couple Sud-africain complètement déjanté a enflammé la tente The Barn pleine à craquer. Deux personnages hors du commun. Lui, Ninja avec sa gueule de tueur, le crâne à moitié rasé, le torse recouvert de tatouages presque faits maison. Elle, Yolandi Visser et sa voix de petite souris trafiquée, sorte de femme enfant du futur. Des monstres de foires sont sur scène. C’est intriguant visuellement et complètement original musicalement. Le public était en transe et nous aussi. Le must du concert: quand Ninja s’est lancé pour son crowdsurfing. Trop freaky mais we like them a lot !

D.S., D.Z. et Fl.G.
Photos Thomas Blairon

Rock Werchter 2015

> Toutes nos critiques de concerts

> Toutes les vidéos

> Toutes les photos


commenter par facebook

4 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>