« Written in Scars », l’album de la renaissance pour Jack Savoretti

savoretti

Le chanteur anglais a sorti son nouvel opus, « Written in Scars », en avril dernier. Jack Savoretti sera en concert en Belgique en septembre prochain.

Pour son quatrième album, « Written in Scars », le singer-songwriter britannique Jack Savoretti a fait appel à Samuel Dixon (directeur artistique d’Adele et co-writer de Sia). « Il m’a vraiment poussé à me surpasser. Quand on a écrit ensemble « The Other Side of Love », je n’aurais jamais cru pouvoir un jour écrire ce genre de chansons. Puis, c’est un musicien et un bassiste incroyable ! », se souvient le chanteur.

Pourtant, cet album a failli ne pas voir le jour puisque Jack Savoretti, désabusé par l’industrie du disque, a voulu tout arrêter en 2011. « J’ai cru que je n’aimais plus la musique. La manière dont fonctionnait l’industrie du disque me déplaisait. Quand j’ai décidé d’arrêter, j’ai cessé de me soucier de l’industrie du disque et j’ai recommencé à écrire des chansons pour moi, comme quand j’étais adolescent. Donc je suis reparti sans me préoccuper de savoir si mes chansons allaient plaire ou non, sans me mettre de la pression par rapport à ce que j’étais occupé à écrire. On fait de la musique pour que les gens entendent nos chansons. Parfois, c’est difficile car les gens n’aiment pas ce que tu fais et te le disent mais ça fait partie du jeu, il faut pouvoir l’accepter. Tu dois prendre le risque ! »

Si Jack Savoretti se pose des questions sur sa carrière, cela ne l’empêche pas de placer plusieurs de ses titres dans des séries télévisées comme Vampire Diaries, les Frères Scott ou encore Sons of Anarchy. Pour l’argent mais pas seulement… « A l’époque, les singer-songwriter n’avaient pas tellement la cote. Les tendances musicales étaient plutôt indie ou hip hop. Les chanteurs avec leurs guitares, ce n’était pas très populaire ! Ces séries télévisées n’avaient pas les moyens de s’offrir des chansons de Coldplay, U2 ou Madonna donc ils sont venus chercher des gars comme nous, qui ne passaient pas en radio. A mon sens, ces séries télévisées ont sauvé une partie de l’industrie du disque. Ça nous a ouvert une nouvelle scène. Le meilleur exemple est Snow Patrol qui a vu sa popularité grimper d’un coup grâce à « Chasing Cars » qui figurait dans Grey’s Anatomy. Ça a permis aux artistes comme moi d’emmener notre musique là où on n’aurait jamais pu percer, comme aux Etats-Unis. Là-bas, la plupart des gens nous connaissent via les séries télévisées ». Mais n’est-ce pas un peu frustrant ? « Si ! C’est aussi pour ça que j’ai failli tout arrêter », plaisante-t-il à moitié.

Sur ce nouvel album, le singer-songwriter s’est octroyé une reprise de Bob Dylan sur le disque, « Nobody ‘Cept You », un titre jamais sorti sur disque. « Cette chanson m’a sauvé la vie. J’étais un peu paumé, je ne savais pas ce que je voulais faire par rapport à ma carrière. Et j’étais un peu trop égoïste. Ce qui fait que j’étais vraiment isolé. Cette chanson de Dylan, je suis tombé dessus par hasard dans un studio en Californie. C’était un moment de ma vie où j’avais besoin qu’on me donne une claque, qu’on me dise de faire attention aux personnes importantes dans ma vie. C’est cette chanson qui m’a permis de réaliser tout ça. »

Mais cette reprise n’est pas la seule particularité de l’album « Written in Scars ». Pour celui-ci, Jack Savoretti a totalement changé sa manière de travailler. Ce qui change considérablement le son de ce quatrième opus en comparaison de ses prédécesseurs. « Je ne voulais pas faire un énième album de singer-songwriter. Je voulais que cet album sonne différemment, tant au niveau de la rythmique que la basse. Pour chaque chanson, on commençait par écrire la ligne de basse. Venait ensuite la rythmique. Après, on écrivait le reste et on enregistrait les chansons le jour même. En travaillant de cette manière, on a capturé un moment spécial. Quand tu joues une chanson pour la première fois, il y a une excitation et un engouement différent ».

Les onze titres sont d’ailleurs taillés pour la scène. « Je voulais un album avec des chansons énergiques, qu’elles soient jouées seul ou en groupe », confie le chanteur aux origines italiennes. Ce qui n’en fait pas des titres joyeux pour autant. « Si les sujets abordés ne sont pas toujours amusant, je voulais que chaque chanson ait sa propre énergie ».

La scène, Jack Savoretti, qui jouera le 20 septembre au festival Leffingeleuren (Middelkerke), en a un très bon souvenir en Belgique. « La première fois que je suis venu en Belgique, je faisais la première partie de Carly Rae Jepsen. La veille du concert à Bruxelles, on jouait à Amsterdam dans une salle avec un énorme bar au fond. Pendant tout le concert, le public m’a tourné le dos et est resté au bar. C’était l’horreur. Le lendemain, pendant les répétitions, je paniquais en constatant qu’à l’Ancienne Belgique, le bar se situe en dehors de la salle. J’ai vraiment cru que j’allais jouer devant une salle vide. Finalement, le public était là et était même très réactif ! »

 

« Written in Scars », Jack Savoretti, BMG Chrysalis.

Journaliste lesoir.be.

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>