La nostalgie Starflam à Couleur Café

DDUCH-0314

Le concert du jour choisi par notre journaliste de 50 ans et chroniqué par la journaliste de 25 ans.

« La dernière fois qu’ils étaient à Couleur Café, c’était en 2001! », annonce une des organisatrices avant leur entrée sur scène. Le collectif commençait sa tournée d’été et son retour dans les festivals à Bruxelles avant d’enchaîner avec Les Ardentes, Dour et Esperanzah.

Dès leur entrée sur scène, les rappeurs donnent le ton : « Est-ce qu’il y a des gens qui se souviennent du premier album ? »
1998, les gars c’est loin. Bizarrement le public a beau être jeune, il s’en rappelle. Ces rappeurs made in Wallonie ouvrent le show avec leur titre Monde confus. Et balancent à la suite trois ou quatre morceaux de la même époque. « C’est vraiment du vieux rap à l’ancienne », commente Aurore, 24 ans, juste à côté de nous. Le bonus du concert sous tente est définitivement le brumisateur. Pas le temps de suer sur leur flow.

« Un morceau qui a 17 ans mais la situation n’a pas changé. Bart de Wever n’est pas mon frère ! » Ce Plat pays, Brel façon hip-hop et une critique 100% belge. Quand ça parle local, on est plus réceptif. Ambiance sur scène et sous la tente. La température monte encore d’un cran lorsque les rappeurs reprennent Amnésie internationale. Une chanteuse à la voix soul débarque pour un duo avec Akro sur Ils ne savent pas. Ça groove, et ça n’a pas perdu de son charme. Le collectif propose finalement de découvrir quelques nouveautés comme leurs titres Plus que jamais à A l’ancienne.

On ressort assez convaincue par ce hip-hop vintage à la belge !

FLAVIE GAUTHIER

(Photo Dominique Duchesnes)


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>