Tomorrowland, c’était hier

Frontstage - Tomorrowland

La onzième édition a vécu, trois jours durant, entre 365 dj’s, livrant elle aussi son lot d’images que l’on ne voit nulle part ailleurs. S’il fallait en retenir…

1. Un chiffre
Il est énorme : 5.250. Il s’agit tout simplement du nombre de personnes qui travaillent à Tomorrowland trois jours durant, du début à la fin des festivités. Il faut bien cela pour faire tourner aussi impeccablement un événement gigantesque à ce point. Ce lundi, les organisateurs s’attaquent au démontage, prévu pour durer de deux à trois semaines !

 

2. Un moment
Mais dans le genre un peu surréaliste, alors, quand l’Orchestre National de Belgique apparaît sur la scène de l’Opéra pour reprendre, une petite demi-heure durant, du Avicii et jouer l’hymne de Tomorrowland composé par Hans Zimmer en personne. Violoncelles, tenues de gala, serpentins et gobelets de bière : collision de deux mondes !

Tomorrowland - ONB

 

3. Un geste
Cela aurait pu être celui effectué par des milliers de paires de bras, levés en cadence comme dans une salle de fitness, mais ce sera finalement ce cœur avec les doigts, obligatoire quand la caméra vient vous chercher dans les premiers rangs de la main stage. Et puis, cette année, deux mariages ont quand même été célébrés à Dreamville, l’un d’un couple d’Australiens, et l’autre de Belges de Hoboken.

Tomorrowland - Mariage

 

4. Un objet
Si Tomorrowland est le paradis de l’edm et, d’une certaine manière, de l’hédonisme, c’est aussi celui où il faut aller et être vu, en bikini ou sous un poncho étanche. C’est vrai quoi, les tickets se vendent déjà tellement vite et, pour certains, tellement cher ! Alors du coup, quand on y est, autant le faire savoir et sortir la perche à selfie ! Avec la GoPro ou le Smartphone, au choix…

Tomorrowland- Public

 

5. Un bon plan
Plus que Richie Hawtin encore, parfait pour oublier que Steve Aoki lance des tartes à la crème et passe du Céline Dion, qu’on y entend des scies comme « The hum », des textes aussi mémorables que « the sun is shining and so are you » et que David Guetta remixe des berceuses : la journée vinyles only programmée sous la tonnelle du Café d’Anvers par les Allemands de Cocoon, avec Seth Troxler, Josh Wink, Maceo Plex, Sven Väth…

Didier Stiers
(Photos, sauf ONB et mariage : Hatim Kaghat)

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>