Les légendes du disco au Lokerse Feesten

Chic ft Nile Rodgers 5

C’était presque la fièvre du samedi soir ce week-end au Lokerse Feesten. Le festival flamand accueillait pour son avant dernière soirée deux monuments des années disco : CHIC avec Nile Rodgers, unique membre d’origine et ses musiciens, et le DJ Giorgio Moroder.

Nile Rodgers a réuni de nombreux nostalgiques des boules à facettes mais surtout plus de curieux que de vrais fans. Après trois titres pour planter le décor, « Everybody dance », « I want your love » et « Dance, dance, dance », le guitariste en costume blanc, béret noir et lunettes de soleil, ose la question : « Qui nous voit aujourd’hui pour la première fois ? ». Les trois quarts des mains se lèvent. Pas un poil vexé et pédagogue, la légende de 62 ans résume sa carrière en quelques phrases et propose de jouer ses tubes dans un long medley chronologique jusqu’à aujourd’hui. « J’ai participé à la composition de nombreuses chansons dont plusieurs sont devenues des hits. Vous vous rappelez sans doute de Diana Ross. »

Une succession de tous les grands tubes disco. « I’m coming up », « Upside down », « We are family » de Sister Sledge… Le concert de Nile Rodgers n’est pas qu’un jukebox vivant des années 70. On découvre avec surprise, comme tous ceux qui le voient pour la première fois, que le compositeur est également à l’origine des titres cultes des années 80 : « Like a virgin » de Madonna, « Let’s dance » de David Bowie, « Notorious » de Duran Duran. Et plus récemment, « Lady, Hear Me Tonight » de Modjo, « Get’s lucky » des Daft Punk dont on avait l’espoir secret de les voir se pointer avec leurs casques comme c’était arrivé aux Grammy Awards en 2014.

Bon, ne rêvons pas trop, on est toujours au Lokerse Feesten. Le public ne fait pas preuve d’une folle envie de danser malgré le son funk irrésistible. Tout le monde attendait le fameux « Le Freak » (c’est chic !). Le groupe revient à son propre répertoire actuel et balance ces deux derniers titres sortis en 2015 « I’ll be there » et « Back in the old school ». Touché par les demandes de rappel, Nile Rodgers ne quitte plus la scène et finit en beauté par un « Good times ». Il fait monter sur scène une trentaine de spectateurs finalement contaminés par la fièvre du disco.

20438364591_c349698d27_z

Lorsque Giorgio Moroder prend le relai, les années disco sont loin derrière. On regrette le glamour des choristes en perruque blonde, robes noires et ceintures argentées. Le vieux DJ de 75 ans a du mal à maintenir l’attention. Pourtant, lui aussi peut revendiquer un répertoire large et étalé sur les années, de Donna Summer à Daft Punk, Sia et Avicci.

Giorgio Moroder 2

Flavie Gauthier


commenter par facebook

2 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>