Cinq choix pour le Pukkelpop

Ass. HLN / Pukkelpop

Toujours difficile de choisir, quand les affiches se font pléthoriques. Voici en tout cas cinq rendez-vous que nous ne raterons pas, au «Pukkel».

The Neon Judgement (Jeudi, 22h30, Wablief?!)
Sans «TB» Frank Vloebergs et Dirk «Da Davo» Timmermans, la musique électronique telle qu’on la concocte en Belgique n’aurait peut-être pas été pareille. Ces pionniers de l’EBM, contemporains de Front 242, étaient à l’affiche du tout premier Pukkel. Ils y reviennent dans le cadre de leur Farewell Tour (aussi à l’AB le 26 septembre). Une dernière occasion d’entendre en live quelques classiques, comme «TV treated», «Tomorrow in the papers» ou «Awful day»…

It It Anita (Vendredi, 12h30, Baraque Futur)
A Dour, le concert des Liégeois (dont un ancien Malibu Stacy) faisait partie de nos bons moments passés au Labo. A Kiewit, ils joueront aussi sur une nouvelle scène, à la fois écolo et «mini-festival dans le festival». Un cadre parfait pour leurs guitares post-nineties et leur chant sauvage, leur mélange d’hypnose et de noise. A noter également: la programmation de Mountain Bike (jeudi, 13h15, Wablief?!), en passe de réaliser pareillement un rêve de gamin(s).

Fat White Family (Vendredi, 20h50, Wablief?!)
Ce qu’on a trouvé de plus électrique et déglingué en provenance d’Angleterre, et même de Londres. En matière de rock psychédélico-folk du moins, à la limite du bon goût. Marre de l’aseptisé, des premiers de classe, de la zic de hipster? Jetez une oreille sur Champagne holocaust, l’album sorti sur Fat Possum, (auto)décrit comme «a mix of class war, Communist themed surrealism, odes to auto sex and to sex in autos», puis filez les écouter sous la tente…

The Glücks (Samedi, 13h50, Baraque Futur)
Du rock dans ce qu’il a de plus dépouillé et de plus primal à la fois, ça vous dit? Plus savoureux qu’un blanc de poulet dans sa sauce au Koekoek sur le coup d’une heure du matin: voici un Ostendais et une Ostendaise, armés d’une gratte et d’une batterie (oui, comme les White Stripes ou les Black Keys, mais en mieux), de la réverbe, du fuzz et de l’énergie née d’on ne sait trop quelle magie! Il y a une dizaine de jours, leur psychobilly fut «la» claque du Micro Festival, sachez-le…

Evil Superstars (Samedi, 18h45, Marquee)
Attention, groupe de (presque) légende! En une poignée d’enregistrements (dont deux albums, Love is okay et Boogie-children-R-us), les Limbourgeois ont écrit une page aussi excitante que courte de l’histoire du rock indie made in Belgium. Lancé en 92 par Mauro Pawlowski, Evil Superstars a compté Tim Vanhamel dans ses rangs et fut désactivé en 98. Or, voilà que pour les 30 ans du Pukkelpop, Mauro remet la troupe sur les rails! Avec des surprises à la clé?

Didier Stiers

Didier Stiers

commenter par facebook

5 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>