Les femmes d’abord

20150821PKPD2-33

Nouveau duel : la rockeuse australienne Courtney Barnett face à l’esthète française Christine & The Queens.

20150821PKPD2-32

Depuis le temps qu’on se pose la question « où est le rock ? », il est peut-être  bien chez cette Australienne de 27 ans. Courtney Barnett nous avait déjà offert un premier album enthousiasmant en début d’année (Sometimes I Sit and Think, And Sometimes I Just Sit, tout un programme…), elle confirme avec ce passage sous la tente Club au Pukkelpop sur le coup de 18h15.

Guitare-basse-batterie, à l’ancienne, du rock sans prise de tête et surtout, des chansons qu’on se plaît à fredonner. Courtney Barnett est dans la lignée de ces rockeuses cool des années 90. Ces Kim Deal, Kim Gordon, Liz Phair… Courtney aussi est cool. Les cheveux en bataille, elle envoie, sans jamais oublier les mélodies, des riffs un peu bordéliques et autres soli tordus comme arrachés de sa guitares. Spontané. Voilà, c’est le mot : spontanéité. Ça nous avait manqué.

20150821PKPD2-37

Changement de style, c’est peu de le dire, en sortant de la tente pour faire face à la grande scène. C’est ici que Christine & ses Queens s’est installée, deuxième étape de son tour des Flandres entamé avec un concert remarqué à Werchter. Et au pays d’Oscar & The Wolf, pensez bien que Christine est écoutée. Problème, sur le coup de 19h, le soleil est encore trop haut que pour vraiment profiter de l’aspect visuel du spectacle. Si bien que la chanteuse va chercher le bon peuple, plus là par curiosité que réelle passion, à la tchatche, en discutant entre les titres, en franglais dans le texte (pas de tentative en vlaams van Limburg, non…), et en ne lâchant jamais l’affaire. Pour au final obtenir ce qu’elle était venue chercher.

Héloïse Letissier a un charisme certain, elle a le contact facile et son show (identique à celui de Werchter) est millimétré. On n’a pas changé d’avis par rapport à Werchter, donc voilà. Mais pour la petite histoire, alors que Chaleur Humaine sortira à la rentrée aux Etats-Unis dans une version anglicisée, c’est bien la langue de Christophe qu’elle a privilégié ce soir à Kiewit.

DIDIER ZACHARIE
Photos MATHIEU GOLINVAUX

KIEWIT, Concert musique festival pukkelpop ambiance.GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

2 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>