Le Rockerill à La Zone

Frontstage - Le Prince Harry

Il se passe des trucs bien à Liège, épisode 64 : les Fêtes de Wallifornie. Premier rendez-vous d’importance : ce vendredi !

Et non, je ne me suis pas mélangé les doigts sur mon clavier, c’est bien Wallifornie qu’il faut lire. D’ailleurs : « En septembre, nous dit le communiqué, D’une Certaine Gaieté proclame La Zone territoire wallifornien ! »

Voilà déjà un petit indice géographique qui devrait vous aider à situer… « Évidemment, poursuit-on du côté des organisateurs liégeois, on invite des gens aussi fous que nous pour créer ensemble une culture de ce pays qui n’existe pas. Cette fois, on a Rockerill Records, on relance la new beat et on diffuse un film digne de Wallywood ! »

En clair, ces Fêtes se déroulent les 18, 19, 24 et 27 septembre. Ce vendredi, place donc au label du Rockerill pour une soirée promise ébouriffante (sic), avec Sects Tape, Petula Clarck et Le Prince Harry. Soit du surf punk torché à Tournai, du noise spontané made in Mons (pratiqué dans le public) et de l’électro punk arrangé à Liège qui claque bien dans les oreilles.

L’after sera laissée aux bons soins de l’hôte d’un soir, Rockerill Rec. donc.

Le 19, c’est soirée new beat, mais à la sauce « de nos jours ». C’est-à-dire mise en musique par Seb Fontaine, ses logiciels, ses boîtes à rythmes, ses sampleurs, et illustrée par un prof d’aérobic s’il vous plaît ! Également à l’affiche : Android 80 (rapport avec la décennie d’où viennent ses machines).

Le jeudi 24 septembre, tout le monde passe à table. Au menu : de la cuisine wallifornienne, dans le cadre des « Zeudis gourmands ». Soit « un buffet sur lequel vous pourrez découvrir des plats aux noms wallons dans la plus pire tradition vegan » Pour les boulets, ça ne va pas être facile, mais il y en aura, entre la tarte al djote et la potée !

Le 27 enfin, c’est cinoche. Le film s’intitule Lie or Die, il est verviétois, de François Garsou et « réunit tous les ingrédients d’une superproduction hollywoodienne réalisée avec des moyens wallons. » C’est-à-dire qu’on y retrouve « des gueules de truands, des courses poursuites, des séquences « jacuzzi » avec de l’alcool et des « bombes », notamment avec la participation inédite de Miss Wallonie, Amélie Dethier. »

Faut-il préciser qu’il s’agit d’un film 100% amateur ?

Didier Stiers

Infos : > D’une Certaine Gaieté.

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>