Stromae a réussi son pari

CQR6O0vWgAAoR1R

En jouant à bureaux fermés, devant 20.000 fans, jeudi au Madison Square Garden, Stromae est définitivement entré dans l’histoire. Car c’est bien la première fois qu’un chanteur réussit cet exploit en chantant exclusivement en français.

Après avoir fait salle comble lundi et mardi, au Centre Bell de Montréal, devant deux fois 22.000 personnes – même que le concert a été filmé, espérons pour un DVD à venir – Stromae était tout heureux d’annoncer jeudi qu’il se produirait à bureaux fermés au Madison Square Garden. Les francophones, bien sûr, sont très nombreux. A les entendre hurler quand il a posé la question sur scène, disons qu’ils formaient la moitié des troupes. Mais parmi les fans présents dès 10 heures du matin devant l’enceinte new-yorkaise, il y avait surtout des… Américaines ! Darlynd, 17 ans, est New-yorkaise et connaît Stromae depuis quatre mois seulement, en tapant french song sur son appli Apple, juste par curiosité : « J’ai tout de suite adoré sa musique, nous a-t-elle avoué. Son look, son style… J’ai trouvé la traduction de ses chansons sur Google et si je suis là si tôt c’est parce que je veux être tout devant. Mon rêve serait de lui toucher la main. »

Tiffany, 19 ans, également New-yorkaise, a un ami belge qui lui a fait découvrir Stromae : « Je ne comprends pas le français mais ses vidéos sont tellement explicites que je comprends le message. Je chante un peu moi-même et j’aimerais écrire mes chansons. »

Kendra (43 ans) et Amy (47) voient Stromae pour la troisième et cinquième fois. Elles viennent de Denver et Minneapolis où le concert a été annulé : « C’est pour ça qu’on est là. Il était important pour nous de le voir. » Kendra parle français, une langue qu’elle enseigne : « J’étudie et traduis les chansons de Stromae au cours et mes élèves l’adorent.” Amy, elle, est rédactrice sur un site de fans… Toutes, ainsi que des garçons, patientent sous la pluie. Une drache nationale bien belge. Les couleurs et drapeaux tricolores sont de sortie. Les Belges de New York sont fiers de leur Stromae, un gars qui ose et à qui tout réussit.

A 20 heures tapantes, dans une salle pas encore remplie, le New-yorkais Jidenna ouvre le bal. Pas étonnant que Stromae l’ait choisi pour toute sa tournée américaine, tellement il y a un petit air de famille. Au bout d’un quart d’heure, il doit déjà céder sa place à Janelle Monae qui ouvre par « Let’s Go Crazy » de Prince. L’ambiance est déjà bien chaude dans l’arène. Avant de retomber.

A 21 heures piles, les lumières s’éteignent et « Ta fête » lance, comme le veut la tradition, le concert de Stromae. Un concert en tout point identique à ce qu’il nous propose depuis 2014. La seule différence est que Paul s’exprime en anglais. Il livre le même concert, la fierté en plus et les blagues pourries en moins. Sauf pour « Moules frites » où il monte les Belges contre les Français pour expliquer que la Belgique n’est pas une ville de France mais le pays d’où il vient et qui a tout inventé : les belgian fries mais aussi le croissant et le vin. Charles Michel et Didier Reynders, dans la salle, ont dû apprécier. On a également vu un des grands fans de Stromae : la star italienne Jovanotti. En fait, toutes les communautés, tous les âges, tous les sexes se retrouvent autour de l’électro punchy de Stromae et de son univers décalé, surréaliste, tellement belge… Paul, ému et fier, d’autant plus qu’il se produisait devant toute sa famille, a abondamment remercié son équipe et sa famille mais aussi le public américain qui lui a fait fête tout au long de cette tournée.

Aucun chanteur belge, ni même français, n’a réussi cela avant lui. Le petit ket de Laeken peut être fier de lui. Il a réussi l’impensable : faire danser l’Amérique sur de la chanson française. Chapeau maestro !

NEW YORK, DE NOTRE ENVOYE SPECIAL
THIERRY COLJON


commenter par facebook

3 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>