U2, l’innocence perdue et l’humanité

I26A2276

Le groupe irlandais a assuré le show mardi soir au Sportpaleis d’Anvers.

Il est 20h15. Bono entre seul sur le ring. La sono diffuse « People Have the Power » de Patti Smith. Le chanteur a le poing levé. L’homme des tous les combats va d’abord raconter son enfance et celle du groupe dans les rues de Dublin. Ces chansons « d’innocence » comme il les appelle, influencées par les morceaux des années 70 que la sono passait en avant-programme.

Cette innocence, Bono va la perdre à 14 ans, à la mort de sa mère. C’est l’histoire d’Iris et de « Cedarwood Road » qu’il nous raconte, avec ce gigantesque écran projetant dessins et images du passé. Avec « Song For Someone », c’est déjà le premier très beau moment d’émotion que nous offre U2 avant la violence de « Sunday Bloody Sunday » et ses victimes oubliées. « Until the End Of the World », c’est un autre mur qui se dresse, celui du mur du Berlin, qui coupe la salle en deux.

B976793262Z.1_20151014072424_000+GRH5CQLJD.3-0

Le jeu entre réalité, quand The Edge se balade dans l’écran, et image live, quand Bono géant prend son guitariste sur la paume de sa main, est remarquable. Images explosives, dessins animés… Après la pause, « Mysterious Ways » nous amène dans la nouvelle technologie quand Bono offre à Hélène de Bruxelles avec qui il vient de danser, une caméra reliée au monde via le site de U2, avec, en direct, les commentaires des internautes.

Vient ensuite un autre grand moment d’émotion quand The Edge et Bono, en piano-voix, interprètent « The Sweetest Thing » et « Every Breaking Wave ». Moment de quiétude avant le retour de la violence avec « Bullet the Blue Sky ». Viennent ensuite les tubes « Where the Streets Have No Name », « Pride (in the Name of Love) » et « With Or Without You ».

Bono, qui en début de concert, après “I Will Follow”, avait traité la Belgique de “perfectly formed nation”, rappelle qu’on n’a pas le choix, qu’il faut être « refugee welcome », dans un geste de grande humanité. Comme quand il invite une petite fille à le rejoindre sur scène. « City Of Blinding Lights », « Beautiful Day » et « One » clôturent un concert qui a réussi à préserver l’émotion simple tout en impressionnant avec un visuel somptueux, cet écran géant et ces lumières magiques. U2 a une fois de plus assuré et est donc toujours vivant !

THIERRY COLJON
PHOTOS HATIM KAGHAT.

U2 sera ce mercredi encoe au Sportpaleis d’Anvers. C’est complet !


SETLISTE

The Miracle (Of Joey Ramone)
The Electric Co.
Vertigo
I Will Follow
Iris (Hold Me Close)
Cedarwood Road
Song For Someone
Sunday Bloody Sunday
Raised By Wolves
Until the End of the World
Invisible
Even Better Than the Real Thing
Mysterious Ways
Elevation
The Sweetest Thing
Every Breaking Wave
October
Bullet the Blue Sky
Zooropa
Where the Streets Have No Name
Pride (In the Name of Love)
With or Without You
City of Blinding Lights
Beautiful Day
One


commenter par facebook

10 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>