Beautés Soniques, entre plaisir et découvertes

Frontstage - Faonfaon - Crédit Benjamin Lacour et Philippe Braquenier

Il n’y en aura pas que pour Halloween, ce samedi à Namur. C’est aujourd’hui que la ville révèle ses atours sonores. La chasse aux bonbons est ouverte, celle aux plaisirs des oreilles débute également…

C’était un 31 octobre, mais en 2013… Les Beautés Soniques, premières du nom, devaient sonner le réveil de la Belle au Bois Dormant, c’est-à-dire Namur qui traînait alors une réputation de ville assoupie, musicalement parlant. Le cahier des charges de cette édition inaugurale s’articulait alors autour de fondamentaux bien tentants : soigner la convivialité, mettre l’accent sur la découverte et emmener le public dans des endroits particuliers, voire intimistes.

D’édition, nous en sommes aujourd’hui à la troisième. Le festival, dont la philosophie n’a pas changé (et c’est tant mieux) dure – toujours – dix jours et débute ce soir. Au Théâtre de Namur avec Blackstrobe, Alb et Nicola Testa, et aux Abattoirs de Bomel avec une affiche on ne peut plus urbaine : Wal’ Style 90’ Hip Hop jam made in Germany, soit notamment Matière Griz, FunkMaster Ozone, Battle Squad, L’Hexaler & DJ Sonar

Beautés Soniques, ce n’est pas que de la musique live, c’est aussi une foire aux vinyles (1er novembre au Théâtre, dès 10h), des rencontres (notamment avec Marc Hollander et Véronique Vincent alias Aksak Maboul, le 6 à la Maison de la Culture sur le coup de 18h), un marché vintage (le 8 au Théâtre) et un autre des créateurs (le 7 aux Abattoirs de Bomel), ou encore, le 5 à la Maison de la Culture, un « electronic music workshop » (le programme de soutien aux artistes œuvrant dans le genre, mis en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles). Entre autres choses bien entendu…

Didier Stiers
(Photo : Benjamin Lacour & Philippe Braquenier / Beautés Soniques)

Du 31 octobre au 10 novembre, Namur. Tickets : de 6 à 42 euros (pass). Infos : www.beautessoniques.be et 081/22.60.26.

 

UN TOP 5 (totalement subjectif et improvisé)

> Véronique Vincent & Aksak Maboul (6 novembre, Maison de la Culture, 20h)

Elle était la voix féminine des Honeymoon Killers, alias Les Tueurs de la Lune de Miel, et lui a lancé Crammed Discs, le label qui, 325 albums plus tard, explore toujours les marges de la pop, du rock, de l’électro et des musiques du monde. Ils ont bouclé le troisième album d’Aksak Maboul mis en chantier il y a… 30 ans ! (Avec Mugwump, Faon Faon, …)

> Jean Jass (7 novembre, Abattoirs de Bomel, 20h)

Si rap et cooltitude sont deux concepts qui peuvent éventuellement bien se marier, le carolo Jean Jass (issu du crew Exodarap) cultive ce mélange avec une délectable présence scénique. (Avec Alpha Wann & Hologram Lo (1995), Crab Boogie DJ’s, Poirier, …)

> Bertrand Belin (8 novembre, Théâtre Jardin Passion, 19h)

Évidemment recommandé à tous les amoureux des beaux mots, façon Arthur H ou Bashung, ainsi qu’à ceux et celles qui ont encore du mal à distinguer chanson française et variété…

> Patton (9 novembre Belvédère, 20h)

Le duo que forment les frères Sam et Max Bodson intègre le programme des Beautés Soniques alors que son troisième album (C) vient juste de voir le jour. Vous aimez le cut-up ? Ils devraient vous captiver ! (Avec Prohibition, …)

> Bagarre (10 novembre, Abattoirs de Bomel, 20h)

Hype ou sérieusement appelé à aller plus loin, ce collectif franco-électro-disco-décalé qui nous arrive dans la foulée de Fauve ? Une chose est sûre : vestimentairement et chorégraphiquement parlant, c’est déjà une réussite…

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

3 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>