Thomas Dutronc ou la virtuosité décontractée

20151204dutronc-14

Thomas Dutronc n’a peut-être pas rempli le Cirque royal, jeudi soir, mais il l’a fait danser dans la bonne humeur et avec élégance.

20151204dutronc-5La soirée a plutôt bien commencé avec la chanteuse parisienne Clou, une belle personnalité non dénuée d’humour et d’amour pour Paul Simon. Tout ce qui nous fallait avant l’arrivée de Thomas entouré de son groupe avec lequel il fait autant de musique qu’il ne prend l’apéro sur sa terrasse corse. Une toile miroir en fond d’écran et quelques ampoules suffisent à planter le décor. La mise en scène, cette fois, est réduite au minimum. Il s’agit là de la troisième date de la tournée seulement et des petits détails doivent entre être réglés mais l’esprit est clair: on est là pour passer du bon temps en compagnie d’une joyeuse bande complétée par deux choristes jouant également le rôle de danseuse et de comédienne.

Thomas joue à la perfection son rôle de faux séducteur. Elles sont d’ailleurs nombreuses dans la salle à le trouver craquant. On s’en rendra compte au moment de le rejoindre sur scène, juste pour danser. Que des filles!

Si Thomas se concentre sur son premier et son troisième album, il rassure tout de suite ceux qui sont venus aussi pour ça: les guitares. Quatre guitaristes sur scène, dont Thomas, voilà tout ce qu’il fallait pour plaire aux amateurs de jazz manouche qui, sur Eternels jusqu’à demain, cédait un peu sa place au profit d’une pop bon teint.

20151204dutronc-9Thomas continue fort heureusement à se faire plaisir et balance un instrumental en début de concert ou, un peu plus tard, aligne deux Django qui reçoivent un véritable triomphe à l’applaudimètre.

Ce qu’on adore chez Thomas, c’est cette virtuosité décontractée, ces moments de pur bonheur musical qui le voit alterner humour, tendresse, sérieux et déconnade. Comme de chanter “Archimède” couché par terre, les pieds en l’air. Thomas a hérité de sa mère une douceur et un talent d’auteur et de son père cet esprit potache qui n’hésite pas à taquiner son public. Son public est debout pour faire la fête et danser? Lui, il s’assied , “Comme un manouche sans guitare”. Mission remplie: le charme fonctionne toujours, la musique est bonne et le plaisir, entier.

THIERRY COLJON

Photos : Mathieu GOLINVAUX

20151204dutronc-1
20151204dutronc-3

20151204dutronc-10
20151204dutronc-13

 


commenter par facebook

4 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>